Le Bordeaux Etudiants Club, un doyen au bord du gouffre

Le Bordeaux Etudiants Club, un doyen au bord du gouffre©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 04 octobre 2022 à 19h07

Créé en 1897, le Bordeaux Etudiants Club est en danger de mort si l'université, où il siège depuis toujours, ne se résout pas à accueillir à nouveau l'institution. Une querelle, de plus en plus importante, oppose ainsi les deux parties.



Après 125 ans d'existence, le Bordeaux Etudiants Club a traversé de nombreuses épreuves. Mais il pourrait ne pas résister à celle de 2022... Il y a deux semaines, Rue 89 révélait que le doyen des clubs universitaires français devait désormais payer son loyer pour utiliser les murs de l'université, qui a récupéré depuis peu la gestion de son propre patrimoine et de son immobilier. C'est une grande première pour le club, dont la section rugby est une des composantes les plus éminentes. La mairie de Bordeaux a confirmé à nos confrères de Midi Olympique qu'il n'y avait pas de solution de repli et que le BEC se retrouvait donc sans aucun bâtiment pour l'abriter. Un décret a jugé les lieux dangereux et l'université n'autorise donc plus le club à utiliser ses installations.

"Nous n'avons plus de club-house, plus de lieux de vie et ça nous met en grande difficulté, confirme Jean-Marie Birbis, devenu président de la section omnisports (après avoir été celui du rugby). C'est intenable, nous jouons la survie de quelques sections car le centre de loisirs a fermé ainsi que le trinquet. Le rugby est notamment confronté à une énorme difficulté pour accueillir les gens avant ou après les matchs." Ce week-end, pour le match d'ouverture du championnat de Régionale 1, les supporters et joueurs de l'équipe adverse de Grenade ont ainsi dû être accueillis en extérieur sur des palettes. Et le BEC doit même louer les terrains, ce qui là aussi n'a jamais été dû être réalisé auparavant... Une réunion de la dernière chance est prévue vendredi entre le club et l'université.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.