Bleues : Krumbholz quittera son poste à l'issue de Paris 2024

Bleues : Krumbholz quittera son poste à l'issue de Paris 2024©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mardi 06 septembre 2022 à 17h15

Dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe, Olivier Krumbholz a annoncé qu'il ne sera plus le sélectionneur de l'équipe de France féminine de handball au terme des Jeux Olympiques de Paris 2024.



Olivier Krumbholz sent que le moment de passer la main se rapproche. Sélectionneur des Bleues entre 1998 et 2013, quand il a alors été débarqué par la Fédération Française de handball (FFHB) pour céder la place à Alain Portes, le natif de Longeville-lès-Metz est revenu en 2016 quand ce dernier a démissionné sur fond de relations dégradées avec les cadres de la sélection. Mais, cette fois, celui qui a mené les Bleues à un titre de championnes d'Europe, deux sacres mondiaux et l'apothéose qu'a été la médaille d'or olympique l'an passé à Tokyo, a décidé de la date de sa sortie. « Après les Jeux de 2024, j'arrête l'équipe de France », a confirmé Olivier Krumbholz dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe, qui ajoute que ce sera « le moment ». « Nous serons dans une nouvelle olympiade, il sera temps de laisser la place à quelqu'un d'autre », ajoute-t-il en confiant avoir « envie de passer à autre chose » à l'issue de ces Jeux Olympiques à domicile.

Krumbholz : « Aujourd'hui, je me concentre sur mon rôle »

Une décision qui, à ses yeux, est « une évidence ». « Je ne m'en suis jamais caché qu'il faudra trouver un nouveau sélectionneur après les JO 2024 », a-t-il ajouté. Interrogé quant au nom de son potentiel successeur dans deux ans, Olivier Krumbholz a préféré botter en touche. « Ce n'est pas le débat aujourd'hui. Quand Philippe Bana aura envie d'en parler, il m'en parlera, a déclaré le sélectionneur national. Aujourd'hui, je me concentre sur mon rôle et ensuite, si on me considère comme un expert pour ce type de décision, j'y participerai bien volontiers. » Admettant qu'il y a « plein de bons entraîneurs en France » et que « dans les raisonnements, il ne faut rien s'interdire », le nom d'Emmanuel Mayonnade a été évoqué. Présentant celui qui a mené les Pays-Bas au titre de champion du monde en 2019 et qui fait le bonheur de Metz depuis décembre 2015 comme « un très bon entraîneur », Olivier Krumbholz assure qu'« en toute logique, il peut se porter candidat ». S'il a été écarté voilà neuf ans, le patron des Bleues entend vivre une succession apaisée mais surtout une fin de mandat réussie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.