Rennes - Camavinga : "Peut-être que j'en fais trop..."

Rennes - Camavinga : "Peut-être que j'en fais trop..."©Media365

Thomas Siniecki : publié le lundi 11 janvier 2021 à 18h08

Toujours lucide quant à son évolution, Eduardo Camavinga semble avoir cerné les petits défauts récemment apparus dans son jeu. La perle du Stade Rennais effectue également un rapide bilan après un début de saison un peu fou.



Eduardo Camavinga sent sur le terrain que son statut a évolué : "Je suis plus observé et étudié, on me met plus de coups violents. Mais c'est le football. Je ne dois pas m'énerver et m'adapter. Vu qu'on me serre et que j'ai moins le ballon, peut-être que j'en fais trop désormais quand je le reçois... Je fais plus attention. Normalement, je suis un petit dribbleur, mais il y a des zones où il faut faire moins de touches. Là, il faut que je progresse." Après un début de saison explosif, où Camavinga confirmait à 17 ans son incroyable potentiel, le néo-international français connaît un petit coup de mou depuis quelques mois. "C'est fou, jamais je n'aurais pu penser arriver si vite chez les Bleus, s'exclame-t-il. J'étais comme un fou, je regardais partout ! Je les voyais à la télé, alors de les voir en vrai, ça fait bizarre..."

L'intérêt prononcé du Real Madrid a-t-il contribué à ralentir son ascension qui semblait inexorable ? "Quand un grand club s'intéresse à toi, ça fait plaisir. Mais je garde la tête froide, je suis à Rennes et on verra à la fin de la saison, on se mettra autour d'une table et on pèsera le pour et le contre." Camavinga assure qu'il n'a pas changé : "Je viens de très loin, jamais je n'aurais pensé arriver à ça. On a souffert avec ma famille, les voir avec un tel sourire, ça me fait plaisir. J'espère continuer à leur générer ces émotions. Mon père me rappelle toujours d'où on vient, nos galères. Je suis énormément à l'écoute, je ne prends pas la grosse tête. Je sais d'où je viens, et aussi où je veux aller." L'adolescent est né en 2002 dans un camp de réfugiés en Angola, avant de rejoindre la France dans la foulée avec sa famille.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.