PSG : Le Virage Auteuil sanctionné ?

PSG : Le Virage Auteuil sanctionné ? ©Panoramic, Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le dimanche 10 décembre 2023 à 12h28

Alors que les supporters parisiens ont eu recours à des engins pyrotechniques pour fêter le 10e anniversaire des Parias Cohortis lors du match face à Nantes, le Virage Auteuil pourrait être sanctionné.


Sur le terrain, il n'y a pas eu énormément de spectacle samedi soir au Parc des Princes, où le PSG l'a difficilement emporté face à Nantes dans le cadre de la 15e journée de Ligue 1 (2-1). Si les Parisiens ont accru leur avance en tête du classement lors de ce succès qui a permis à Bradley Barcola d'enfin marquer son premier but sous ses nouvelles couleurs, ils ne sont pas franchement rassurés, à quatre jours avant de jouer leur survie en Ligue des champions à Dortmund, à l'image d'un Kylian Mbappé décevant. Et il y aura eu beaucoup plus d'animation en tribunes. Pour fêter le dixième anniversaire des Parias Cohortis, un groupe faisant partie du Collectif Ultras Paris (CUP), les supporters du Virage Auteuil ont eu recours à des fumigènes, des fusées et autres feux d'artifice. Ce qui pourrait coûter cher à leur tribune.

Déjà sanctionnés pour leurs cinq ans

D'après L'Equipe, cette utilisation - interdite - d'engins pyrotechniques pourrait entraîner une sanction, avec la fermeture du Virage Auteuil pour un ou plusieurs matchs, comme cela a déjà été pratiqué ailleurs pour des faits similaires. La tribune du Parc où se situent les ultras avait déjà été sanctionnée d'un huis clos lors de la rencontre contre Strasbourg du 21 octobre dernier. Et ce en raison des chants homophobes entonnés un mois plus tôt à l'occasion du Classique face à l'Olympique de Marseille. A noter que les « Parias » n'en sont pas à leur coup d'essai. En décembre 2018, ils avaient fêté leurs cinq années d'existence avec des engins pyrotechniques, déjà dans le cadre d'une rencontre face au FC Nantes. Et c'est le Paris Saint-Germain qui avait décidé de les sanctionner directement, excluant le groupe pendant un mois et redistribuant leurs places à des militaires de l'opération Sentinelle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.