Toulouse-Montpellier : Quinze supporters ont été interpellés après les incidents

Toulouse-Montpellier : Quinze supporters ont été interpellés après les incidents©Media365

Marie Mahé, Media365 : publié le lundi 03 octobre 2022 à 09h20

Suite aux incidents du côté de Toulouse, quinze supporters de Montpellier ont été interpellés et treize ont même été placés en garde à vue.



Une rencontre qui a finalement duré plus longtemps que prévu. Ce dimanche après-midi, dans le cadre de la neuvième journée de Ligue 1, Toulouse s'est très largement imposé contre Montpellier (4-2), pour remonter au niveau de la douzième place du classement du championnat de France, à une petite longueur de son adversaire d'un jour, qui se retrouve en dixième position. Pourtant, la seconde période de ce match avait été interrompue durant un bon quart d'heure, juste avant l'heure de jeu, et plus précisément à la 59eme minute, en raison d'incidents dénoncés par les deux équipes. Les 22 acteurs présents sur la pelouse du Stadium Municipal de Toulouse semblaient se plaindre des effets d'un gaz lacrymogène. Ce gaz lacrymogène avait été utilisé, à ce moment-là, par les forces de l'ordre, obligées d'intervenir, dans les tribunes, et plus précisément au niveau de la zone qui avait réservée aux supporters de Montpellier.

Deux supporters mineurs ont été relâchés

Au moment de cette interruption, le score était déjà largement en faveur de Toulouse, qui menait 4-1. A noter également que juste avant ce incident, la tribune qui se trouvait attenante à ce parcage des supporters du club de Montpellier avait dû être, tout bonnement, évacuée, suite au jet de fumigènes effectué par les supporters des visiteurs. Finalement, alors que les joueurs des deux équipes étaient rentrés un temps dans les vestiaires, ce match a pu ensuite reprendre pour également aller à son terme. A l'issue de ce duel, toujours ce dimanche, un total de quinze supporters, tous du club de Montpellier, ont été interpellés du côté de Toulouse, d'après les informations partagées par l'AFP. Treize de ces quinze personnes ont ensuite été placées en garde à vue. Les deux qui ne l'ont pas été sont mineurs et ont été relâchés, toujours selon l'AFP. Avant qu'elle ne débute, cette rencontre avait été classée à risque.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.