ASSE - Dupraz : "On est mieux, mais on n'est pas malins"

ASSE - Dupraz : "On est mieux, mais on n'est pas malins"©Panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le vendredi 18 février 2022 à 18h32

Pascal Dupraz y est encore allé de ses bons mots vendredi, à deux jours de la difficile réception de Strasbourg (25eme journée de Ligue 1). L'entraîneur de Saint-Etienne vante une nouvelle fois les grands mérites de ses joueurs.



Saint-Etienne peut enregistrer dimanche, à Geoffroy-Guichard contre Strasbourg, sa quatrième victoire d'affilée. Pascal Dupraz en appelle toutefois à "rester mesurés et vigilants" : "Avec neuf points en trois matchs, on est mieux, mais on n'est pas malins ou plus forts. C'est juste davantage de confiance." Le coach des Verts, qui a sorti l'équipe des deux dernières places de Ligue 1, est peut-être parti pour devenir un nouveau faiseur de miracles, après ce qu'il avait déjà réussi notamment avec Toulouse en 2016 (un maintien malgré dix points de retard à dix journées de la fin). Lorsqu'il a remplacé Claude Puel en décembre, l'ASSE ne comptait que quatre longueurs de moins que le 18eme Troyes, mais le technicien révélé à Evian a commencé par trois défaites, ce qui avait fait passer le retard à six points.

"J'ai besoin d'admirer mes joueurs"

"Superstitieux", il veut "encore démarrer avec cinq défenseurs, mais peut-être qu'on devra changer plus tôt". Honoré par ses joueurs pour la proximité avec son groupe, Pascal Dupraz se dit "bienveillant, mais ça n'alterne pas mon leadership" : "Quand vous surjouez, ça se voit. Je fais passer mes messages en expliquant le bien-fondé de ma décision. Lorsqu'il faut reprendre des cadres comme Eliaquim Mangala ou Wahbi Khazri, je le fais aussi." Des propos confirmés par Sada Thioub, nouveau transfuge en provenance d'Angers (comme le gardien Paul Bernardoni) : "Le coach est proche de nous, il nous parle beaucoup et rigole, mais il nous dit aussi directement s'il y a quelque chose qu'on fait mal. J'aime beaucoup ça."


"C'est le comportement des joueurs qui m'enthousiasme, je sais à quel point leur mission est difficile, termine l'entraîneur forézien. J'ai besoin de les admirer, et c'est le cas. Par exemple, la semaine dernière, j'ai admiré Wahbi Khazri et Ryad Boudebouz qui venaient de sortir mais étaient à fond pour que leurs partenaires conservent le résultat." A Clermont, les Stéphanois ont renversé la situation pour s'imposer 2-1 en fin de match.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.