Affaire Hamraoui : Diallo se défend d'être la commanditaire de l'agression

Affaire Hamraoui : Diallo se défend d'être la commanditaire de l'agression©Panoramic, Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le mercredi 12 octobre 2022 à 19h05

Mise en examen dans l'affaire de l'agression contre Kheira Hamraoui, Aminata Diallo s'est défendue dans un entretien accordé à RMC Sport, à paraître intégralement jeudi dans l'émission "Apolline matin". Assurant ne pas être impliquée, l'ancienne joueuse du PSG a nié l'hypothèse d'une jalousie sportive.



Aminata Diallo a brisé le silence. Mise en examen le 16 septembre pour "violences aggravées" et "association de malfaiteurs" puis placée en détention provisoire avant d'être remise en liberté le 21 septembre dernier, l'ancienne joueuse du PSG s'est confiée à RMC Sport concernant l'affaire de l'agression contre Kheira Hamraoui (survenue le 4 novembre), dont elle est soupçonnée être à l'origine. L'ex-milieu de terrain du club de la capitale a réfuté l'hypothèse d'une éventuelle jalousie sportive. "Je n'étais pas barrée par Kheira Hamraoui comme on essaie de le dire. Le directeur sportif et le coach sont très contents, très satisfaits de mon travail et de mes performances et veulent me faire une prolongation de deux saisons. Il n'y a aucun élément qui montre qu'à ce moment-là c'est dans mon intérêt de faire ça. Au contraire", a argué Diallo.

"Pas une concurrence directe seulement avec Kheira Hamraoui"

A ses yeux, la concurrence était saine entre les deux joueuses. "C'est vrai que sur certains matchs de championnat, elle a démarré les matchs. Il y a des matchs en Ligue des Champions où j'ai démarré. Et puis j'ai démarré avec Kheira Hamraoui. Il n'y avait pas une concurrence directe seulement avec Kheira Hamraoui. Ça c'est faux", a jugé la joueuse âgée de 27 ans.

Désignée comme la "commanditaire" des violences par les quatre autres suspects de l'affaire, la native de Grenoble s'est montrée surprise. "Au moment où je vois dans les médias, quelques jours avant, que l'on a attrapé les agresseurs, j'étais plutôt soulagée. Et puis il s'avère finalement qu'ils m'ont désignée comme étant la commanditaire. Pourtant je ne les connais pas. Je ne les ai jamais vus. Je n'ai jamais été en contact avec eux", a-t-elle glissé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.