Bleus - Pires sur Thuram : " Quelle belle histoire "

Bleus - Pires sur Thuram : " Quelle belle histoire "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le samedi 07 novembre 2020 à 19h46

Robert Pires réagit à la convocation de Marcus Thuram, fils de son ancien partenaire Lilian, en équipe de France.



Un petit nouveau a été appelé par Didier Deschamps pour le prochain rassemblement de l'équipe de France. En grande forme avec le Borussia Mönchengladbach, Marcus Thuram fait partie du groupe du sélectionneur national qui a créé la surprise en faisant appel au fils de son ancien coéquipier et toujours actuel recordman de sélections (142) en équipe de France, Lilian.

Robert Pires, sacré champion du monde 1998 et champion d'Europe 2000 avec Deschamps et Thuram, a livré une réaction emplie de tendresse après la convocation du « petit » Thuram. « Je me suis dit : " Quelle belle histoire ! " Je me souviens que Lilian était très protecteur avec lui et refusait de trop l'exposer, confie l'ancien milieu offensif dans Le Parisien. Un jour, il m'avait dit : " J'espère que Marcus sera meilleur techniquement que moi ! " Je lui avais répondu que ce n'était pas difficile (rires). Plus sérieusement, je sais que Lilian est très fier de son fils mais il ne le dira pas trop fort publiquement, justement pour ne pas le gêner. »

Marcus Thuram « a sa propre force, car dans le foot être un fils de est dangereux »

Voir Deschamps appeler le fils d'un de ses anciens partenaires est tout de même incongru. « Ça, c'est juste une anecdote. Marcus Thuram n'est pas sélectionné à cause de cela. Il a sa propre force, car dans le foot être un fils de est dangereux, lâche Pires. Mais alors « fils de champion du monde », là, c'est quasiment mission impossible... Ton père est allé sur le toit du monde. Comment faire mieux après ? Mais sa grande chance, c'est que Marcus est attaquant et que personne ne l'a comparé à son père (Lilian était défenseur). Il a pu grandir plus tranquillement et faire ses preuves sans craindre l'ombre du papa. »

Robert Pires sait quelle pression les progénitures de champions passés peuvent avoir sur le dos. Il est effectivement bien placé pour en parler. « Mon fils, Théo, a 13 ans et a intégré l'académie d'Arsenal. En plus, il joue milieu de terrain comme moi, détaille l'ancien Gunner. Il sait que ce sera encore plus difficile pour lui que pour ses copains de devenir pro car on lui parlera toujours de moi. Je l'ai prévenu de ce danger. C'est ce qu'a dû dire Lilian à son fils après sa sélection : vous allez voir que pour sa première conférence de presse, on ne va l'interroger que sur Lilian, ses 142 sélections et s'il espère faire aussi bien que lui, etc. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.