Paris-Roubaix : Colbrelli jubile, van der Poel et Laporte satisfaits, Moscon regrette sa malchance

Paris-Roubaix : Colbrelli jubile, van der Poel et Laporte satisfaits, Moscon regrette sa malchance©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le dimanche 03 octobre 2021 à 19h25

A l'issue de l'édition 2021 de Paris-Roubaix, Sonny Colbrelli n'a pas caché sa joie d'avoir remporté son premier Monument. Troisième, Mathieu van der Pol s'est satisfait d'avoir mené sa course comme il l'entendant quand Christophe Laporte part sans regrets. Gianni Moscon, quant à lui, s'est montré philosophe alors que la malchance l'a privé d'un très bon résultat.



« Un Paris-Roubaix de légende », c'est ainsi que Sonny Colbrelli a qualifié la journée dantesque vécue sur les pavés de l'« Enfer du Nord ». Le champion d'Europe, à sa première participation, s'est adjugé l'édition 2021 de Paris-Roubaix. « Gianni Moscon a été très fort, il a fait 200 kilomètres en tête de la course. Après la Trouée d'Arenberg, j'ai pu suivre Mathieu van der Poel, c'était très difficile, a confié le coureur de l'équipe Bahrain Victorious au site officiel de la course. Mais ensuite on a fait du bon travail pour revenir sur Moscon. Dès la chute du premier secteur, j'ai voulu rester toujours devant en bonne position du groupe où je roulais. Et ensuite dans le final j'ai fait un super sprint. » Devançant le surprenant Florian Vermeersch et le petit-fils de Raymond Poulidor, Sonny Colbrelli a réalisé un rêve. « Je suis hyper heureux parce que c'est la course de mes rêves avec le Tour des Flandres, assure l'Italien. C'est mon année, c'est sûr. »

Van der Poel : « J'ai pu courir comme je préfère le faire »

Après le Tour des Flandres l'an passé, Mathieu van der Poel n'est pas passé loin d'ajouter un deuxième Monument à son palmarès. Mais, n'ayant pas économisé ses forces tout au long des secteurs pavés, le coureur de l'équipe Alpecin-Fenix a été trop court dans l'emballage final... mais n'a pas le moindre regret. « Je suis content. J'ai pu courir comme je préfère le faire, a confié le Néerlandais au micro de la chaîne belge Sporza. Je suis allé au combat mais je n'avais plus rien pour le sprint. J'étais apparemment le moins en forme des trois. » Sur des secteurs pavés boueux et glissants, le quadruple champion du monde de cyclo-cross s'est montré à l'aise. « Faire du cyclo-cross m'a certainement aidé. C'est une course que je n'oublierai jamais, a confié Mathieu van der Poel avant de s'autoriser un trait d'humour concernant son dos endolori depuis sa chute en VTT lors des Jeux de Tokyo. Je pense que tout le monde a un peu mal au dos après une telle course. Mais, non, ça ne m'a pas dérangé. »

Moscon : « J'ai simplement eu un peu de malchance »

Si Sonny Colbrelli a levé les bras au vélodrome de Roubaix, la victoire a longtemps été promise à un de ses compatriotes. Parti très loin de l'arrivée, Gianni Moscon a vu ses espoirs partir en fumée, pour une quatrième place à l'arrivée. « Cette course est l'une des plus belles. J'ai essayé d'attaquer de loin et j'ai tout donné. J'ai simplement eu un peu de malchance avec cette crevaison et j'étais à la limite, a confié le coureur de l'équipe Ineos Grenadiers dans des propos recueillis par Wielerflits. Si vous agissez de la sorte, vous ferez également des erreurs. Je suis tombé mais je n'ai pas perdu trop de temps. » Toutefois, quand le groupe mené par Mathieu van der Poel est revenu sur lui, l'Italien admet qu'il n'avait « plus les jambes pour suivre » le trio de tête. Après l'arrivée, l'Italien n'a pas voulu se projeter sur ce qui aurait pu arriver sans les multiples incidents qui ont émaillé sa fin de course. « Je ne sais pas exactement combien de temps j'ai pu perdre à cause de ces deux incidents, a-t-il indiqué. J'ai essayé de mettre cartes sur table tôt, en partant tôt mais ça n'a pas fonctionné. » Fair-play, Gianni Moscon a tout de même adressé ses félicitations à son compatriote.

Laporte : « On se souviendra longtemps de cette journée »

Premier Français sur la ligne d'arrivée, Christophe Laporte a confié au micro de France Télévisions avoir vécu « une journée incroyable » mais durant laquelle il a multiplié les pépins. « J'ai crevé une fois. Après, je n'ai plus eu de freins et j'ai dû changer de vélo, a déclaré le coureur de l'équipe Cofidis. J'étais très loin, je pensais que c'était fini mais j'ai continué à insister. Sur une course comme ça, on ne sait jamais. » Assurant qu'il se sentait « bien », le futur coureur de l'équipe Jumbo-Visma admet que ces soucis lui ont coûté cher mais il se satisfait de ne pas être allé à terre dans des conditions très difficiles. « C'est sûr que j'ai des regrets pour ça mais on n'a pas le choix, c'est comme ça, ajoute-t-il. Le matériel est mis à rude épreuve ici et c'est vrai que j'aurais pu faire mieux. » Mais, sur ce qui est de sa forme, Christophe Laporte quitte Roubaix sans regrets. « On a essayé de rentrer mais je pense qu'à la fin, comme ça, tout le monde était à bloc. C'est difficile de revenir. Sur les pavés, on peut difficilement rouler plus vite que les autres car c'est dangereux et glissant, résume le coureur tricolore. J'ai fait le maximum, je n'ai aucun regret mis à part les problèmes mécaniques mais ce n'est pas moi qui contrôle ça. Je ne voulais pas avoir de regrets et je pense qu'on se souviendra longtemps de cette journée. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.