Paris-Roubaix : Colbrelli s'impose au sprint et remporte son premier Monument !

Paris-Roubaix : Colbrelli s'impose au sprint et remporte son premier Monument !©Media365

Aurélien CANOT, Media365, publié le dimanche 03 octobre 2021 à 17h20

Sacré champion d'Europe le 13 septembre dernier, Sonny Colbrelli (Bahrain-Victorious), submergé par l'émotion après sa nouvelle victoire, a remporté dimanche au sprint la 118eme édition de Paris-Roubaix, pour sa première participation à la course, et ce dans des conditions dantesques. L'Italien, qui s'offre son premier Monument, s'est imposé au sprint devant le surprenant Belge de 22 ans Florian Vermeersch (Lotto Soudal) et le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix). Gianni Moscon, qui l'aurait probablement emporté sans deux mésaventures dans le final, se classe quatrième. Premier Français, Christophe Laporte (Cofidis) termine sixième.



"Cette année, c'est mon année !" Les mots sont de Sonny Colbrelli lui-même. Vingt jours après avoir connu un premier jour de gloire, à Trente, sur ses terres, lors des Championnats d'Europe sur route, le coureur italien de 31 ans fraîchement auréolé du maillot étoilé a de nouveau touché les étoiles en remportant dimanche la 118eme édition du Paris-Roubaix. Assurément le plus beau jour de la vie de cycliste pour le natif de Desenzano del Garda, venu rejoindre les glorieux vainqueurs de l'Enfer du Nord alors qu'il n'avait encore jamais participé à la mythique classique ni remporté le moindre Monument de toute sa carrière. C'est désormais chose faite pour Colbrelli, qui nourrissait deux rêves : remporter le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Avant d'éventuellement inscrire son nom au palmarès du "Ronde", l'Italien, en grande forme, a fait la moitié du chemin.

Il s'en est pourtant fallu d'un rien que le surprenant coureur belge de 22 ans Florian Vermeersch et grand espoir de son pays ne déjoue tous les pronostics sur la ligne d'arrivée du vélodrome de Roubaix, où Colbrelli, Mathieu van der Poel et Vermeersch avaient pénétré, encore regroupés. Réputé plus fort au sprint, le Transalpin a confirmé qu'il était le plus puissant dans cet exercice, surtout face à un van der Poel épuisé par tous ses efforts de la journée lors de ce Paris-Roubaix disputé dans des conditions dantesques.

Colbrelli fait la différence à 25 mètres de la ligne !

D'abord débordé par Vermeersch, le héros du jour s'est accroché, avant de déposer et le Belge et le Néerlandais en portant son effort à vingt-cinq mètres de la ligne uniquement. Juste mais suffisant pour Colbrelli, submergé par l'émotion une fois la victoire en poche et encore en larmes sur le podium tandis que retentissait l'hymne de son pays, mais non sans avoir trouvé quelques forces encore pour soulever son vélo dans les airs, le corps tout entier recouvert de boue. "J'ai suivi Van der Poel dans le final, j'ai fait un super sprint, je suis super heureux. Je me suis focalisé sur Van der Poel, mais le gars de Lotto Soudal (Vermeersch) a failli nous surprendre, c'était limite, mais j'ai réussi à passer », savourait à chaud au micro de France 3 ce Sonny Colbrelli supersonique et conscient également que la victoire aurait très bien pu (dû ?) revenir à un autre Italien Gianni Moscon. Avant d'être victime de deux mésaventures coup sur coup - une crevaison puis une chute - le vilain petit canard du peloton semblait en effet promis lui aussi à son jour de gloire. Pour l'une de ses dernières courses sous les couleurs de l'équipe Ineos Grenadiers, le futur représentant de la formation Astana était parti seul devant à 52 kilomètres de l'arrivée.

Moscon, la crevaison qui a tout changé...



Le cinquième du Paris-Roubaix 2017 comptait alors plus d'une minute d'avance sur van der Poel, Colbrelli et leurs camarades d'échappée, dont faisait déjà partie Vermeersch. Incapable de retrouver son adhérence sur ces pavés extrêmement boueux après avoir dû changer de vélo, Moscon, grand malheureux de ce dimanche, a tout donné pour tenter d'empêcher ses poursuivants de revenir. En vain, les soucis de vélo de celui qui volait dans les secteurs pavés ayant fait le jeu de ses adversaires, pourtant probablement persuadés pour la plupart qu'il ne reverrait pas celui qui s'était surtout fait remarquer jusqu'à maintenant pour ses frasques. Rejoint dans le Carrefour de l'Arbre, Moscon termine finalement quatrième de ce podium où trône l'un de ses compatriotes lors de cette année de rêve pour le sport italien. Premier Français de ce Paris-Roubaix qui effectuait son grand retour au calendrier après 903 jours d'absence, Christophe Laporte termine 6eme, juste devant son futur coéquipier chez Jumbo-Visma Wout Van Aert, grand favori de cette 118eme édition de l'Enfer du Nord qui s'est muée en paradis pour le monumental Sonny Colbrelli.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.