Milan-Sanremo : Pogacar envisage une course offensive

Milan-Sanremo : Pogacar envisage une course offensive©Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le vendredi 18 mars 2022 à 19h15

Malgré un refroidissement qui ne lui a pas permis de s'entraîner, Tadej Pogacar sera au départ de Milan-Sanremo ce samedi. Le Slovène, en grande forme cette saison, ne ferme pas la porte à une offensive dans le final.



Vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et du Tour de Lombardie l'an passé, Tadej Pogacar vise un nouveau Monument. Le double vainqueur du Tour de France sera ce samedi au départ de Milan-Sanremo. Mais, après avoir déjà remporté l'UAE Tour, les Strade Bianche et Tirreno-Adriatico cette année, le leader de l'équipe UAE Team Emirates va aborder la « Primavera » sans forcément être au meilleur de sa forme. « Quand je suis rentré de Tirreno-Adriatico, j'ai à peine pu monter sur mon vélo pendant trois jours, a-t-il confié face à la presse à la veille de la course. Toutefois, j'ai pu commencer à travailler hier (jeudi) et aujourd'hui (vendredi) et je me sens bien. Je pense que, pour demain (samedi), ça devrait aller. » Concernant son état de santé, Tadej Pogacar se montre toutefois optimiste. « C'est juste un nez bouché, je ne pense donc pas que ça changera ma condition au niveau des jambes, ajoute le Slovène. J'ai déjà couru avec la grippe, ça ne change pas grand chose. »

Pogacar : « Elle peut être assez ennuyeuse »

Douzième de Milan-Sanremo lors de sa première participation en 2020, le natif de Klanec entend profiter de cette expérience passée ce samedi. « Lors de ma première participation, c'était après le confinement. C'était en août, il faisait un peu chaud et le tracé était différent entre le départ et le bord de mer. Le final était toutefois le même, avec un type de course similaire, s'est-il remémoré. Je pense avoir beaucoup appris de cette première expérience et, demain (samedi), nous verrons si j'ai retenu quelque chose ou pas. » Affirmant que Milan-Sanremo est « une course unique », Tadej Pogacar admet qu'« elle peut être assez ennuyeuse si vous ne rendez pas votre course excitante ». De là à imaginer une attaque du Slovène, il n'y a qu'un pas. « Est-ce qu'attaquer serait du suicide ? Peut-être pas. Si vous êtes en forme, vous pouvez vous dégager, affirme Tadej Pogacar. Ces dernières années, c'était mission impossible mais on ne sait jamais. Dans le cyclisme moderne, on a déjà vu bon nombre d'attaque de loin. Peut-être que ça sera également le cas sur Milan-Sanremo. » Les rivaux du Slovène sont prévenus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.