Euro (H) : L'émotion "particulière" du coach des Bleus

Euro (H) : L'émotion "particulière" du coach des Bleus©Panoramic, Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le samedi 17 septembre 2022 à 08h54

L'équipe de France disputera la finale de l'Euro de basket dimanche soir contre l'Espagne après avoir atomisé la Pologne.



Dimanche soir à partir de 20h30, l'équipe de France briguera un deuxième sacre à l'Euro masculin contre le grand rival espagnol à Berlin. Parée d'argent en 1949 et 2011, le formation bleu-blanc-rouge tentera d'accoler un petit frère au couronnement de 2013. Elle a gagné le droit de disputer une quatrième finale européenne à l'issue d'une rencontre parfaitement gérée contre la Pologne. Méfiants face aux tombeurs surprises de la Slovénie en quarts, les Bleus n'ont fait qu'une bouchée des Polonais dans les grandes largeurs (95-54) .

Collet : « On a su trouver le chemin pour atteindre cette finale »

Ce sera également une quatrième finale pour le sélectionneur Vincent Collet entre les Euros et les Jeux Olympiques. « C'est toujours une émotion particulière. C'est important qu'il y ait de l'émotion car c'est elle qui aide à se mettre en mouvement, a exprimé le coach français après le net succès de ses hommes. On m'a envoyé aujourd'hui une citation d'Albert Schweitzer qui disait : "Le succès n'est pas la clé du bonheur mais le bonheur la clé du succès". C'est quand on fait les choses avec passion qu'on réussit. Mon équipe les a faites avec passion dans ce tournoi, pas toujours bien. C'est évident, on est conscient d'avoir eu des bas. Mais on a aussi eu des hauts. On a su trouver le chemin pour atteindre cette finale. »

Fournier : « On leur a sauté à la gorge, on était très agressifs »

De son côté, le capitaine de l'équipe de France Evan Fournier était très enthousiaste avant la dernière marche. « On a fait un match complet de A à Z, on était sûrs de nos forces, avec beaucoup de caractère. J'ai retrouvé mon équipe celle en qui j'ai 100 % confiance peu importe l'adversité, et qu'on a eue aux Jeux et à la Coupe du monde. Il n'y a pas eu beaucoup de doute. On leur a sauté à la gorge, on était très agressifs, on ne voulait pas leur laisser de confiance, on voulait les écraser, c'est ce qui s'est passé. Je suis content d'être en finale, mais on n'est pas venus pour finir deuxièmes. Il reste une marche », a relevé Fournier. Six ans après la terrible défaite en quarts de finale des JO de Rio (67-92), la France et l'Espagne ont de nouveau rendez-vous en phase finale d'un tournoi majeur.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.