Dakar : Se séparer de Daniel Elena, une décision que Sébastien Loeb justifie et assume

Dakar : Se séparer de Daniel Elena, une décision que Sébastien Loeb justifie et assume©Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 27 mars 2021 à 10h11

Après avoir défrayé la chronique en annonçant la fin de sa collaboration avec Daniel Elena, Sébastien Loeb est revenu sur les raisons de ce choix, qu'il assume pleinement.

C'est une séparation qui a fait du bruit. Après un Dakar 2021 terminé par un abandon lors de la huitième étape et beaucoup de difficultés au volant d'un BRX Hunter flambant neuf, Sébastien Loeb a annoncé la semaine passée qu'il se passerait à l'avenir des services de son copilote historique Daniel Elena. Alors que le Monégasque, touché par ce choix, a très vite exprimé son désarroi, le nonuple champion du monde des rallyes est sorti de son silence ce samedi dans un entretien accordé au quotidien L'Equipe. Et Sébastien Loeb l'affirme : « C'est un choix purement sportif ». Un choix qui n'a pas été dicté par Prodrive et son patron David Richards mais qui, aux dires du pilote alsacien, est une leçon tirée de l'échec du dernier Dakar. « Ils ont soulevé le fait que nous n'avions pas été très bon dans le domaine de la navigation, mais je le savais déjà, a confié Sébastien Loeb. Je l'avais ressenti moi-même dans la voiture et j'étais déjà persuadé qu'il fallait que je tente quelque chose de nouveau, avec quelqu'un qui travaille différemment et qui puisse peut-être m'aider, me canaliser. » Des explications qui, selon le natif d'Haguenau n'ont pas forcément été entendue par celui qui est surnommé « Danos ».

Loeb contraint de trancher

Assurant que son entourage lui disait depuis quelques temps que son duo avec Daniel Elena n'était pas des plus adaptés aux spécificités du Dakar, Sébastien Loeb était décidé à lui donner une chance lors de la dernière édition. Mais les évolutions du règlement, notamment sur la communication du road-book peu de temps avant le départ des spéciales, ont posé beaucoup de problèmes. « Jusque-là, Daniel Elena bossait comme un malade sur le road-book la veille des étapes. Mais ce n'est plus possible et cela exige une sacrée gymnastique de calcul et d'anticipation, résume l'Alsacien. Je ne dis pas qu'il a été mauvais, mais il est clair que les spécialistes de la discipline sont un peu meilleurs que lui. » Confirmant que la tension était forte à bord du BRX Hunter mais « pas humainement », Sébastien Loeb a confié qu' « on s'est emmêlé les pinceaux dans notre communication dans la voiture et ça a entraîné une perte de confiance ». Alors que la question de changer de copilote avait été abordée lors de ses années en WRC, Sébastien Loeb confirme que cette décision a été prise car elle vient de lui. Quant au nom du remplaçant du Monégasque, l'ancien champion du monde des rallyes assure qu'« il y a deux, trois candidats qui me paraissent pas mal » mais que le choix ne sera pas évident.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.