Montpellier sacré avant l'heure

Les Savoyards ont offert le titre au MHB. (Maxppp)

Les Savoyards ont offert le titre au MHB. (Maxppp)

La défaite surprise de Chambéry à Nantes (27-22), jeudi, en ouverture de la 23e journée de Division 1, a précipité le cinquième titre de champion de France consécutif de Montpellier. Le public de René-Bougnol pourra donc fêter ses héros, auteurs d'un fantastique quadruplé, vendredi, lors de la réception de Dunkerque. En revanche, mauvaise opération pour le dauphin savoyard qui pourrait voir Saint-Raphaël revenir sur ses talons.

Les supporters héraultais, qui voulaient être en communion avec leur équipe vendredi face à Dunkerque au Palais des sports René-Bougnol vont être quelque peu déçus. Mais le 14e titre de champion de France de Montpellier atténuera surement la légère peine des aficionados de l’ogre héraultais. Les coéquipiers de Nikola Karabatic n’ont en effet pas besoin de croiser le fer avec la formation nordiste pour remporter un cinquième titre consécutif, Nantes ayant fait voler en éclats Chambéry en ouverture de la 23e journée de D1 (27-22).

La déroute savoyarde au Palais des Sports de Beaulieu consacre donc les hommes de Patrice Canayer, car ces derniers, qui possèdent six points d’avance sur leur dauphin à quatre journées du terme de l’exercice, ne peuvent mathématiquement plus être rejoints au classement. Montpellier réalise ainsi un quadruplé inédit dans le handball tricolore, car la Coupe de France, le Trophée des Champions et la Coupe de la Ligue sont déjà tombés dans l’escarcelle du club qui écrase définitivement toute la concurrence au niveau national.

Une première période cauchemardesque

Chambéry, qui accusait six points de retard sur Montpellier à l’aube de cette 23e journée, n’aura pas réussi à retarder le sacre inéluctable des coéquipiers de Nikola Karabatic. Pire encore, les Savoyards ont enterré leurs derniers espoirs en recevant une véritable claque des mains des mains du "H", accusant notamment 11 buts de retard à la mi-temps (17-6). Incapables de faire sauter le verrou nantais, les hommes de Philippe Gardent ont buté durant tout le premier acte sur un Marouène Maggaiez impérial, le gardien tunisien (13 arrêts au final) écœurant tour à tour Xavier Barachet, Olivier Marroux et Laurent Busselier. Nantes, à l’inverse de Chambéry, a déroulé son potentiel offensif, bien aidé par la doublette Rivera-Dole (11 buts à eux deux à l’issue de la rencontre). En seconde période, Chambéry, dans un ultime baroud d’honneur, a pourtant réussi à revenir jusqu’à trois buts des Nantais à cinq minutes du terme de la rencontre. Mais l’orgueil des Jaune et Noir n’aura finalement pas suffi à changer la donne, Nantes exultant au coup de sifflet final, laissant ainsi Montpellier conserver son bien.

"J’apprends en tant qu’entraîneur. On est une équipe bien tendre mais on va régler tout cela. J’espère ne plus revoir une mi-temps comme cela. Rien n’est encore joué. Il reste encore deux matchs derrière. C’est une saison difficile," avouait devant les caméras de Canal + Sport après la rencontre un Philippe Gardent un peu abasourdi par la piètre performance de ses protégés lors du premier acte. D’autant plus que Saint-Raphaël, qui accueille Ivry vendredi, pourrait revenir à un point du dauphin savoyard en cas de succès sur la formation francilienne. Si Montpellier risque de basculer dans l’ivresse cette nuit, c’est bien Chambéry qui se réveillera avec la gueule de bois vendredi matin.

Le Sport sur votre mobile
en images
Onesta a du bagage Champions d'Europe ! Une finale de plus ! Interdiction de passer. Nouvelle tenue
à lire aussi