Contador a tout essayé

Alberto Contador a serré les dents en vain. (Reuters)

L'Espagnol Antonio Piedra a remporté dimanche en solitaire la quinzième étape de la Vuelta courue entre La Robla et les Lacs de Covadonga. De son côté, Joaquim Rodriguez a résisté à toutes les attaques d'Alberto Contador dans la montée finale pour conserver son maillot rouge de leader. Au classement général, Contador reste à 22" de Rodriguez et Alejandro Valverde à 1'41". Christopher Froome a lui concédé une trentaine de secondes.     

Rien ne semble pouvoir arriver à Joaquim Rodriguez sur cette Vuelta. Le puncheur de la Katusha avale en effet les difficultés les unes après les autres sans sourciller et revient inlassablement sur ses rivaux. Dimanche, lors de la 15e étape, dont l’arrivée était jugée au sommet de la célèbre montée des Lacs de Covadonga, Contador et Valverde avaient pourtant bien préparé le terrain en envoyant leurs lieutenants en éclaireur au pied de cette dernière montée.

Un point d’appui qui a notamment servi à Valverde. Le Murcian a en effet pu compter sur l’appui de son coéquipier colombien Nairo Quintana pour tenter d’inquiéter ses deux rivaux, mais sans réel succès. Le coureur de la Movistar fait tout de même une bonne affaire puisqu’il a réussi à distancer Christopher Froome et à lui chiper la troisième place. Mais c’est surtout Alberto Contador qui a fait le spectacle. El Pistolero a attaqué franchement à cinq reprises mais sans réussir à décramponner le maillot rouge. Les trois hommes ont fini ensemble avec plus de neuf minutes de retard sur le vainqueur du jour.

Mondory troisième de l’étape

Car, contrairement aux jours précédents, l’échappée du jour est allée au bout. Parti dès les premiers kilomètres avec une vingtaine de coureurs, ce groupe a rapidement été réduit à une dizaine d’unité et a pu compter jusqu’à quinze minutes d’avance. Arrivé au pied de la dernière bosse avec 13’55’’ d’avance, les hommes de tête ont pu s’expliquer entre eux.

C’est le coureur de la Caja Rural Antonio Piedra, qui s’est avérée être le meilleur grimpeur. Le Sévillan de 26 ans, qui décroche ainsi le plus beau succès de sa carrière, a terminé avec plus de deux minutes d’avance sur Ruben Perez (Euskaltel) et le Français Lloyd Mondory (AG2R-La Mondiale). Les coureurs de la Vuelta n’en ont pas encore fini avec la montagne, puisqu’ils arriveront lundi au sommet du Cuitu Negru.