Champions Cup (Finale) : Une cinquième étoile pour Toulouse, vainqueur face à La Rochelle

Champions Cup (Finale) : Une cinquième étoile pour Toulouse, vainqueur face à La Rochelle©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le samedi 22 mai 2021 à 19h52

Pour la cinquième fois de son histoire, le Stade Toulousain a remporté le titre de champion d'Europe à l'issue d'un duel intense face à La Rochelle (17-22) sur la pelouse de Twickenham.



Toulouse retrouve le sommet de l'Europe. Onze ans après avoir brodé une quatrième sur son maillot, le club de Haute-Garonne a su aller chercher la cinquième au terme d'un duel de tous les instants face à une accrocheuse équipe de La Rochelle. Une finale disputée sur la pelouse de Twickenham et devant 10 000 spectateurs dont le début a vu l'enjeu prendre le pas sur le jeu. Très indisciplinées, les deux formations ont offert des occasions aux buteurs de briller. Si Romain Ntamack a ouvert le score dès la 5eme minute, Ihaia West a égalisé trois minutes plus tard. Dix premières minutes qui se sont terminées par la sortie sur blessure de Richie Arnold, touché à une cuisse durant l'échauffement, remplacé par Iosefa Tekori. Alors que, dans la foulée, Ntamack a redonné l'avantage aux Toulousains, West a eu la malchance de trouver le poteau au quart d'heure de jeu avant de répondre à son vis-à-vis peu avant la demi-heure de jeu. Mais le véritable tournant de cette première mi-temps très engagée dans les contacts a eu lieu à la 28eme minute. Pour un plaquage avec l'épaule au niveau de la tête de Maxime Médard, Levani Botia prend dans un premier temps un carton jaune.

West a laissé trop de points en route pour La Rochelle

Mais l'arbitre, après avoir visionné les images de l'action, a changé sa décision. Le centre fidjien a quitté définitivement la pelouse londonienne et laissé ses coéquipiers à quatorze pendant 50 minutes. Une infériorité numérique qui, dans un premier temps, n'aura duré que quatre minutes. En effet, pour une faute d'antijeu sur Uini Atonio, Rynhard Elstadt a quitté le terrain pour la fin de la première période avant de voir Ihaia West permettre aux Rochelais de repasser devant au tableau d'affichage. Will Skelton se mettant à la faute, Romain Ntamack n'a pas eu peur de tenter sa chance à 43 mètres des poteaux. Le fils d'Emile Ntamack, champion d'Europe avec Toulouse en 1996, 2003 et 2005, n'a pas tremblé malgré l'enjeu et remis les deux équipes à égalité... pour trois minutes. En effet, après la sirène et à la suite d'une faute au sol signée Iosefa Tekori, Ihaia West a envoyé le ballon dans la cible pour donner trois longueurs d'avance à sa formation au moment de retrouver les vestiaires. Toutefois, le buteur néo-zélandais n'a pas été infaillible dans cette finale, et ça a coûté cher à La Rochelle en fin de compte. En effet, ce dernier a manqué le coche trois minutes après la pause. Dans la foulée, les Toulousains ont cru débloquer la situation.


Mallia a libéré Toulouse

En effet, parvenant enfin à déployer leur jeu, les joueurs d'Ugo Mola ont remonté le ballon grâce à Peato Mauvaka puis à un soutien d'Antoine Dupont. Le numéro 9 toulousain a alors vu Cheslin Kolbe venir lui prêter main forte et l'a servi d'une passe au pied. Le Sud-Africain est allé aplatir mais la vidéo a confirmé que le retour désespéré de Geoffrey Doumayrou n'a pas été vain avec le centre rochelais qui a contraint l'ailier du Stade Toulousain à mettre le pied hors des limites du terrain. Dans la foulée, le club de Haute-Garonne est parvenu à revenir à hauteur par la botte de Romain Ntamack. Bien lancés dans cette finale, les coéquipiers d'Antoine Dupont ont alors mis au supplice la défense rochelaise, qui a fini par craquer à l'heure de jeu. Romain Ntamack a initié une offensive à 40 mètres de l'en-but rochelais et combiné avec Selevasio Tolofua, entré en jeu peu avant à la place de Jerome Kaino. Ce dernier a pu accélérer avant de servir sur un plateau Juan Cruz Mallia pour inscrire le premier essai de cette finale longtemps fermée. Ronan O'Gara et Jono Gibbes ont alors lancé toutes leurs forces vives mais ça n'a pas payé dans un premier temps, bien au contraire. Profitant d'une faute adverse dans un ruck, Romain Ntamack a donné plus d'un essai transformé d'avance à son équipe.


La Rochelle a tout donné, sans réussite

Cet essai, La Rochelle est allé le chercher avec le cœur. A sept minutes de la fin de la rencontre, les avants charentais ont contraint les Toulousains à reculer. Tawera Kerr-Barlow a alors vu un infime espace dans le rideau défensif adverse et en a parfaitement tiré parti. Le demi de mêlée néo-zélandais s'est détendu pour aplatir et redonner l'espoir à son équipe. Mais Ihaia West s'est montré une nouvelle fois imprécis au pied, Toulouse conservant alors cinq longueurs d'avance. La pression montant dans les rangs toulousains, ces derniers n'ont pas su conserver le ballon et, ainsi, se mettre à l'abri. Les Maritimes ont tout donné, avec notamment ce même Tawera Kerr-Barlow qui a cherché une solution dans le dos de la défense des Rouge-et-Noir au pied mais l'arbitre, voyant le futur Parisien Clément Castets au sol, a préféré arrêter le jeu pour laisser le staff médical intervenir. Plus appliqués, les joueurs d'Ugo Mola ont su jouer à « cache-ballon » pendant la dernière minute, à l'image des Montpelliérains ce vendredi lors de la finale de la Challenge Cup. Malgré une petite mésentente sur le chronomètre, Antoine Dupont et Romain Ntamack ont su faire le nécessaire pour botter en touche une fois les 80 minutes écoulées et offrir le titre à Toulouse (17-22). Après avoir vu le Leinster revenir à sa hauteur en 2018, le Stade Toulousain redevient le club le plus titré à l'échelle continentale et pourra arborer fièrement cinq étoiles sur son maillot dans les semaines à venir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.