Volley (H) : La France championne olympique pour la première fois

Volley (H) : La France championne olympique pour la première fois©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le samedi 07 août 2021 à 16h48

Au terme d'une finale riche en suspense, l'équipe de France masculine de volley est devenue championne olympique en battant la Russie au tie-break. Le couronnement d'une génération exceptionnelle, menée par Laurent Tillie, qui disputait son dernier match à la tête des Bleus.



Les Jeux Olympiques de Tokyo ne sont pas encore terminés, mais c'est une véritable apothéose qu'a vécue la délégation française ce samedi. Un peu plus d'une heure après les handballeurs, sacrés champions olympiques pour la troisième fois en treize ans, c'est l'équipe de France masculine de volley qui a décroché le Graal, pour la toute première fois. Alors que le volley tricolore n'avait jamais disputé le moindre quart de finale olympique durant toute son histoire, que les Bleus se sont qualifiés pour Tokyo en janvier 2020 après avoir été à un set de l'élimination lors du TQO contre la Slovénie, et qu'ils ont décroché leur billet pour les quarts lors du dernier match de poules contre le Brésil, voici les hommes de Laurent Tillie sur le toit de l'Olympe, avec une victoire 3-2 contre la Russie en finale !

La France a mené deux sets à zéro et 13-10

Pour son dernier match à la tête des Bleus, neuf ans après son arrivée, le sélectionneur, comme tous les fans de cette Team Yavbou 2021, est passé par toutes les émotions. Le début de match a été délicat, car cette équipe de Russie, qui a toujours fini dans le dernier carré olympique depuis 1996, a bien commencé et a compté entre deux et quatre points d'avance pendant la majorité du premier set. Mais les Bleus, emmenés par un Earvin Ngapeth déchaîné face à certains de ses coéquipiers du Zenit Kazan, qui terminera avec 26 points (21 sur 40 en attaque), sont revenus petit à petit et ont signé une fin de set parfaite, passant de 18-22 à 23-22, avant de conclure trois points plus tard. Dans le deuxième set, les Français ont poursuivi sur leur lancée et ont mené de 2-2 jusqu'à la fin, avec là encore, une fin de set de rêve, conclue par un 5-0. Le début de troisième manche a été serré et les deux équipes étaient à égalité à 7-7, avant que la France ne prenne à nouveau les devants, jusqu'à 13-10.

Un tie-break riche en rebondissements

Tout semblait fonctionner comme dans un rêve, mais les Russes se sont soudainement réveillés, notamment au service, dans le sillage du duo Mikhaylov-Kliuka, auteurs respectivement de 21 et 20 points. Ils sont parvenus à égaliser à 15-15, puis à partir de 19-19, n'ont pas tremblé pour revenir à deux sets à un. Le quatrième set a été quasi-identique, avec des Bleus qui ont mené 8-5, puis ont vu les Russes égaliser, passer devant et dominer la fin de set en terminant par un 4-1. C'est donc un tie-break qui allait déterminer l'identité du champion olympique 2020, et les choses se sont mal engagées pour la France, menée 3-0 puis 6-3. Les Russes avaient fait près de la moitié du chemin, mais ils ont perdu trois points de suite (6-6), puis les deux équipes ont été à égalité jusqu'à 11-11. Un smash puis un ace de Jean Patry (13-11), un smash d'Antoine Brizard (14-12) et une dernière faute russe, confirmée par la vidéo, ont finalement envoyé les Bleus au septième ciel. Ils sont champions olympiques !!! C'est donc une 32eme médaille pour la délégation française (en attendant la 33eme apportée par les handballeuses dimanche), la neuvième en or. Et n'oublions pas que dans un moins d'un mois, les champions olympiques de volley disputeront l'Euro, en partie en Estonie, avec désormais un nouveau statut à défendre !



Les marqueurs français : Chinenyeze (7), Patry (15), Ngapeth (26), Brizard (5), Le Goff (9), Clevenot (11)

JEUX OLYMPIQUES DE TOKYO / VOLLEY (H)
Du 24 au 7 août 2021

FINALE
Samedi 7 août
France - Russie : 3-2 (25-23, 25-17, 21-25, 21-25, 15-12)

PETITE FINALE
Samedi 7 août
Argentine - Brésil : 3-2 (25-23, 20-25, 20-25, 25-17, 15-13)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.