Euro 2022 : Karabatic savoure cette " remontada " des Bleus

Euro 2022 : Karabatic savoure cette " remontada " des Bleus©Panoramic, Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365 : publié le mercredi 26 janvier 2022 à 23h40

Au terme d'un match complètement fou, la France a dominé le Danemark (30-29) et verra les demi-finales de l'Euro 2022 pour le plus grand bonheur de Nikola Karabatic.



Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait. Dos au mur après le succès un peu plus tôt de l'Islande et malmenés pendant presque toute la rencontre par le Danemark, qui avait laissé quelques cadres au repos (Hansen, Gidsel et Saugstrup), les Bleus ont réalisé l'impensable en renversant leurs adversaires (30-29), après avoir compté plusieurs fois cinq buts de retard. Grâce à ce succès sur le fil, la France a terminé en tête de son groupe et défiera la Suède en demi-finale ce vendredi (20h30), avant de peut-être retrouver les Danois en finale dimanche. « La qualification, on est allé à la chercher au mental. En première période, tout leur réussissait, nous tout allait de travers, mais on s'est quand même accroché. On s'est dit à la mi-temps qu'on avait 30 minutes pour ne rien regretter », a expliqué Nikola Karabatic, à l'issue de la rencontre.

« On est passé par tous les états »

« Il fallait continuer sur ce qu'on avait fait en première période, ce n'était pas tout mauvais. Il fallait se donner à 200 %, s'arracher jusqu'au bout. C'est ce qu'on a fait en seconde période, on y a cru et la réussite a tourné. Là, en face, ils se sont mis un peu à douter et c'est là où on a été bon à la fin. On a mis les buts importants. Je pense que c'est grosse "remontada" et c'est une victoire importante pour nous, a par la suite confié le joueur du PSG Handball, au micro de beIN Sports. (...) L'état d'esprit exemplaire ? De toute façon, on n'a pas le choix. Depuis le début de cet Euro-Covid, chaque jour, on a des cas, des nouvelles différentes (Tournat ce mercredi). Y'a eu Kentin (Mahé), Guillaume (Gille), il faut s'adapter, toujours y croire, ne pas baisser les bras. On est passé par tous les états, l'euphorie lors du tour préliminaire. Derrière, la correction contre l'Islande où on est au plus bas. Puis, on redresse la tête contre le Monténégro et là, on aurait pu baisser les bras après la première période, mais on a continué »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.