OM : Cinq nouveaux interpellés après les incidents de la Commanderie

OM : Cinq nouveaux interpellés après les incidents de la Commanderie©Media365
A lire aussi

Joana Guerra Mota, publié le mercredi 10 février 2021 à 16h08

À la suite des incidents survenus à la Commanderie le 30 janvier, l'enquête se poursuit. Cinq nouveaux supporters ont été interpellés et placés en garde à vue.

Le 30 janvier, la Commanderie était prise d'assaut par plusieurs groupes de supporters marseillais, mécontents des résultats et de la saison de l'Olympique de Marseille. Un mécontentement qui s'est traduit par des actes violents. Le centre d'entraînement a été saccagé et le club dénonce des dégâts qui s'élèvent à « plusieurs centaines de milliers d'euros ». Une enquête a alors été lancée par la procureure de la République de Marseille. Rapidement, vingt-cinq supporters ont été interpellés, quatorze d'entre eux ont été placés en garde à vue et appelés en comparution immédiate le lundi qui a suivi les faits. Le procès a été reporté au 24 février, à la demande des personnes concernées. Huit ont alors été placées en détention provisoire et les six autres ont été libérées sous contrôle judiciaire. Désormais, cinq nouvelles personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête.

Deux leaders parmi les interpellés

La procureur de la République de Marseille, en annonçant la garde à vue de cinq nouveaux supporters, a donné quelques précisions. Parmi les cinq interpellés, deux sont des leaders de groupes de supporters bien connus à Marseille. Il s'agit du leader des South Winners et celui des Ultras (CU84). Une information relayée par La Provence. Les trois autres personnes sont également des membres de groupes de supporters. L'enquête avance, une bonne nouvelle pour Frank McCourt, scandalisé par cette « attaque inacceptable » et du « déchaînement de violence injustifiable » qu'il avait même comparé à la prise d'assaut du Capitole, à Washington, avant l'intronisation du nouveau président américain Joe Biden. À la suite de ces incidents et pour éviter que cela ne se reproduise, l'Orange Vélodrome était d'ailleurs sous surveillance policière lors de la réception du Paris Saint-Germain lors de la 24eme journée de Ligue 1, dimanche dernier (0-2).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.