L1 (J33) : Lorient rit, Metz pleure

L1 (J33) : Lorient rit, Metz pleure©Media365

Rédaction Media365, publié le mercredi 20 avril 2022 à 21h27

Lanterne rouge de Ligue 1, Metz a essuyé une nouvelle défaite à Lorient ce mercredi pour le compte de la 33eme journée. Face à un concurrent direct au maintien, les Grenats perdent du terrain. Outrageusement dominé par une séduisante, mais stérile formation messine, le FC Lorient s'est imposé au bout du temps additionnel (1-0). Un succès qui lui permet de prendre ses distances sur la zone rouge.

Un début d'altercation avec Opa N'Guette, sorti après seulement 10 minutes de jeu, Frédéric Antonetti a vécu une rencontre à rebondissements pour son retour sur le banc après sept matchs de suspension. Il n'a pas ménagé sa voix et a tout tenté pour que son équipe renoue avec la victoire qui la fui depuis près de trois mois. Ulcéré par les occasions vendangées, le technicien corse du FC Metz est même rentré aux vestiaires, sans assister au but dans le temps additionnel du jeune Dango Ouattara, servi sur un plateau par Ibrahim Koné (1-0, 95ème). Un scénario renversant et terriblement cruel pour les Grenats, nullement récompensés de leurs efforts et de leur belle prestation. 

But refusé à Nicolas de Préville

Malgré les absences de Dylan Bronn et Ibrahim Niane, respectivement blessé et suspendu après le match contre Clermont (1-1), le FC Metz a sans doute rendu sa plus belle copie dans le jeu depuis belle lurette. Les partenaires du capitaine Vincent Pajot ont malmené leurs hôtes grâce à une détermination de tous les instants et un pressing incessant. Ils pensent débloquer la situation sur une volée croisée parfaite de Nicolas de Préville sur un centre de Didier Lamkel Zé, mais le but est logiquement refusé, grâce à la VAR, pour une faute au préalable de « Kiki » Kouyaté sur Koné (16ème). L'attaquant camerounais, arrivé il y a quelques semaines en provenance de Russie, manque ensuite de réussite sur deux frappes du gauche (24ème et 32ème). Le cadre se dérobe d'un rien sur une volée du gauche de Thomas Delaine (40ème), juste avant la mi-temps. La physionomie ne change pas au retour des vestiaires, mais les Grenats ne sont pas plus efficaces pour un sou avec des tirs hors-cadres de Lamkel Zé (46ème), Kevin N'Doram (54ème) ou Pape Matar Sarr (65ème). Et quand Matthieu Dreyer part à la pêche, la tête de Jemerson est sauvée sur sa ligne par Léo Petrot (89ème). Regrets éternels.

On retiendra le très gros match de Boubacar Traoré, au-dessus de la mêlée dans l'entrejeu grâce à sa puissance, sa clairvoyance et la nouvelle belle sortie du jeune Mikelbrencis, aligné comme piston droits. De maigres lots de consolation pour une équipe qui fêtera dimanche ses 90 ans avec un match des légendes en levée de rideau de Metz-Brest. Une rencontre qui ne devrait pas changer le destin du club de la Croix de la Lorraine. Avec sept points de retard sur le barragiste stéphanois à cinq journées de la fin, la flamme de l'espoir s'est éteinte dans le Morbihan. 

La Var a-t-elle marché sur le but de Ouattara ? 

Pour Lorient, le maintien n'est pas encore acquis, mais il se rapproche avec trois points d'avance et un meilleur goal-average sur les Verts. Il suffit de voir la joie du président Loïc Féry, de Christophe Pélissier, des joueurs et de tout le Moustoir au coup de sifflet final. D'autant plus que les Merlus n'ont pas été à la fête et ont sans doute été tétanisés par l'enjeu. On n'a pas reconnu la formation qui avait collé un set à Saint-Etienne (6-2), il y a deux journées. L'entraîneur lorientais était d'ailleurs dubitatif sur le but de Tango Ouattara, pensant à un hors-jeu au tout début de l'action. On peut même se demander si la Var a marché tant la décision a été interminable à venir. C'est en tout cas un vrai happy-end pour des Lorientais, fébriles en défense et malmenés par le duo Lamkel Zé - De Préville. Et offensivement, le trio Koné-Moffi-Laurienté n'a pas pesé comme à son habitude malgré quelques occasions. Armand Laurienté n'a pas été assez précis dans une position idéale (58ème), puis a buté par deux fois sur un Alexandre Oukidja inspiré (61ème et 72ème). Mais il était dit que les partenaires de Fabien Lemoine allaient prendre leur revanche sur le match aller (4-1) et réaliser un véritable hold-up. Un hold-up qui rapporte gros avant de se rendre à Rennes pour un derby breton qui sent bon le soufre. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.