Lorient - Pélissier : "On met la santé et la sécurité des joueurs en danger"

Lorient - Pélissier : "On met la santé et la sécurité des joueurs en danger"©Media365
A lire aussi

Axel Allag, Media365, publié le mardi 26 janvier 2021 à 20h06

Avant la rencontre entre le FC Lorient et Dijon, reprogrammée mercredi soir en Ligue 1, Christophe Pélissier, le coach des Merlus, a confié sa crainte au sujet de la santé des joueurs dans cette période de crise sanitaire.



Initialement prévu le 17 janvier dernier, le match entre Lorient et Dijon a été reporté à mercredi soir. Il y avait eu un nombre important de cas positifs au coronavirus chez les Merlus. À la veille de cette rencontre, Christophe Pélissier a avancé un certain agacement pour cette reprise trop rapide, selon lui. Il est inquiet pour la santé des joueurs. En conférence de presse, il a verbalisé cette inquiétude : "Certains joueurs ont repris hier et d'autres aujourd'hui. L'inconnue est très importante. Nous allons jouer un match de Ligue 1 avec toute l'intensité que cela nécessite. On va ensuite enchaîner avec neuf matchs en un mois. Je pensais qu'on aurait pu permettre à ces joueurs de se préparer une semaine de plus avant d'entamer ce mois. Pour moi, on met la santé et la sécurité des joueurs en danger. Dans quel état seront-ils demain ? J'espère que sur le plan athlétique, ils seront au mieux. Je sais que sur le plan mental, ils seront là."

"C'est un match capital pour notre avenir"

Lanterne rouge de Ligue 1 avec 12 unités, à 3 points de Dijon, dix-huitième, Lorient vise la victoire dans cette rencontre, alors que le club n'a plus joué depuis 18 jours - face à Bordeaux -, car son match contre le Nîmes Olympique, prévu dimanche, n'avait pas pu se dérouler. "C'est un match capital pour notre avenir, il ne faut pas se voiler la face. Il faudra que l'on prenne nos responsabilités. C'est un match à gagner. On sait que dans ce championnat, il faut réussir à faire des séries. On est quatre-cinq équipes à jouer le maintien. Ces matches sont capitaux. Les confrontations directes vont être très importantes", a affirmé Christophe Pélissier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.