PSG (F) : Hamraoui a cru mourir

PSG (F) : Hamraoui a cru mourir©Panoramic, Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le mercredi 15 juin 2022 à 12h05

Victime d'une violente agression en novembre dernier, Kheira Hamraoui sort pour la première fois du silence. La joueuse du PSG avoue avoir vécu un véritable traumatisme.



Elle en garde "un souvenir très douloureux, très lourd." Le 4 novembre dernier, après un dîner dans un restaurant du bois de Boulogne en compagnie des autres joueuses et du staff du PSG, Kheira Hamraoui, raccompagnée par sa coéquipière Aminata Diallo en voiture, en avait été extraite par deux individus cagoulés avant de se faire frapper à coups de barre de fer dans les jambes. "Une agression d'une violence inouïe" sur laquelle elle s'exprime pour la toute première fois dans un entretien accordé au journal L'Equipe. "Ce soir-là, j'ai bien cru que j'allais y rester... Je hurlais de douleur. J'ai essayé de me protéger au maximum. Cette scène, pour moi, a duré cinq minutes. C'était insoutenable", explique-t-elle.

Après ce "vrai guet-apens", elle estime avoir vécu une "double peine" : "Tout juste sortie d'un épisode traumatisant, j'ai senti le poids de la machine médiatique se mettre en route, j'étais prise dans une tempête, non-stop, ça ne s'arrêtait jamais." La milieu de terrain de 32 ans, non-retenue par Corinne Diacre pour disputer l'Euro avec les Bleues, a en revanche refusé de s'exprimer sur Diallo, un temps suspectée d'être à l'origine de cette agression et qui avait été placée en garde à vue pendant 36 heures avant d'être libérée sans qu'aucune charge ne soit retenue contre elle.

"Je fais confiance à la justice"

"Je ne prends pas la parole aujourd'hui pour parler de l'enquête judiciaire, poursuit la Nordiste. Une chose est sûre, j'ai été victime d'une terrible agression. Je ne participerai pas à ce « tribunal médiatique », cela n'a pas de sens pour moi. J'ai été entendu par les enquêteurs, j'ai raconté ce que j'ai vécu. Que chacun reste à sa place. Je ne suis ni juge, ni enquêteur, ni procureur. Je fais confiance à la justice pour éclairer cette affaire. Beaucoup de pistes ont été explorées. C'est le rôle des enquêteurs." Hamraoui, qui a par ailleurs relativisé les tensions avec certaines de ses coéquipières, préfère désormais positiver : "Je suis encore une jeune femme. De belles aventures m'attendent. Je me sens forte et prête à relever de nouveau défis." Un défi qui ne devrait a priori pas s'écrire au sein du club parisien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.