Que deviens-tu, Jérémy Toulalan ?

Que deviens-tu, Jérémy Toulalan ?©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 27 janvier 2022 à 13h32

Difficile de répondre à cette question, tant l'ex-milieu de terrain international n'aime rien de moins que la discrétion depuis son départ des Girondins de Bordeaux en 2018. Deux ans plus tard, des proches s'exprimaient. Mais pas lui.



Jérémy Toulalan le disait en 2013, pour son retour en France après deux saisons à Malaga : "Sur Knysna, personne ne sait vraiment. Tout n'a pas été dit. Ce dont je suis sûr, c'est qu'il y a un mec qui a assumé, et c'est moi. J'ai dit ce que j'avais fait mais les autres, on ne les a pas entendus. Personne..." Présenté comme un des responsables de la fameuse fronde sud-africaine du Mondial 2010, le milieu défensif formé au FC Nantes (36 sélections entre 2006 et 2010) vient encore d'être défendu par Patrice Evra qui, dans un long entretien accordé à Ouest-France, le qualifie de "bonhomme" : "J'ai mal pour lui..." Il y a quatre ans, en janvier 2018, Toulalan avait 34 ans lorsqu'il a mis fin à sa carrière. Une dernière expérience du côté de Bordeaux, d'où il est parti dans la foulée de son ami coach Jocelyn Gourvennec.

Armand : "Il adore ce qu'il vit, en famille, avec ses amis"

Stéphane Martin était alors président des Girondins et savait que le joueur suivrait les traces de l'entraîneur qu'il venait de congédier. Il l'avait prévenu. "Il ne se voyait pas continuer et, contrairement à d'autres joueurs qui ne m'auraient rien dit pour continuer à toucher leur salaire, il a préféré partir et il l'a fait sans aucune indemnité, expliquait l'ancien patron du club aquitain en 2020 (pour L'Equipe). Il a été payé jusqu'au 18 janvier. C'est complètement atypique dans le milieu. Certains de mes collègues dont je tairai le nom sont persuadés que ce n'est pas possible, et que Toulalan est parti avec un chèque. Il est parti sans rien. Son choix est respectable. Encore une fois, je souligne son élégance."

Depuis, aucune nouvelle du taiseux milieu de terrain défensif, qui a laissé quelques souvenirs époustouflants au cours de sa carrière, particulièrement en Ligue des champions avec l'Olympique Lyonnais où il a évolué de 2006 à 2011. Si ce n'est que l'éternel infatigable est rentré chez lui, à Nantes, pour profiter de sa femme et de ses quatre enfants.


Sylvain Armand, lancé avec lui à Nantes au début du siècle, "pense sincèrement que ce milieu ne lui manque pas" : "C'est un type normal, qui est bien loin des paillettes. Alors, il adore ce qu'il vit. Il est en famille, avec ses amis. Il profite de son quotidien, de la vie, des choses qu'il n'a pas pu faire durant des années. Il a très bien géré sa carrière, il n'est pas dans le besoin, et je n'ai pas l'impression qu'il soit pressé de repartir sur un nouveau projet." Des propos qui remontent à juin 2020. Mais il y a fort à parier qu'ils pourraient tout aussi bien dater de la semaine dernière...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.