Noël Le Graët révèle sa maladie

Noël Le Graët révèle sa maladie©Wochit
A lire aussi

6Medias, publié le jeudi 05 avril 2018 à 17h51

Le président de la Fédération française de football souffre de "la moins grave des leucémies". C'est ce qu'il avoue au quotidien L'Équipe, avant d'évoquer son rétablissement et de faire le point sur les récentes critiques dont il fait l'objet.



Malgré la maladie, il ne se dit "pas inquiet".

Dans une interview accordée, ce jeudi, au quotidien L'Équipe, le patron du football français, Noël Le Graët, a avoué souffrir d'une leucémie lymphoïde, "la moins grave des leucémies", nuance l'intéressé.

"Je suis hospitalisé de temps en temps, je sors de temps en temps pour récupérer", explique le président de la Fédération française de football (FFF). Avant de poursuivre : "L'évolution est très positive. Les analyses sont bonnes, j'ai confiance, les meilleurs spécialistes s'occupent de moi. Je vois le bout".

Âgé de 76 ans, l'ancien président de l'En Avant Guingamp se veut pourtant très optimiste quant à son état de santé. Et espère un retour très prochainement : "Je pense être à nouveau en très bonne santé fin avril et apte à reprendre complètement mes fonctions", explique-t-il.

Déjà victime d'un cancer

Ce n'est pas la première fois que Noël Le Graët combat une maladie. Au début des années 2000, le Breton au franc-parler avait déjà surmonté un cancer de la prostate. Une maladie qu'il a connue du temps où il était maire PS de la commune de Guingamp (Côtes-d'Armor) - entre 1995 et 2008 -, tout en présidant son club de football (depuis 1972).

S'il devrait donc bientôt reprendre complètement ses fonctions, Noël Le Graët est surtout revenu dans les colonnes du quotidien sportif sur une affaire dans laquelle il est pointé du doigt. Dans un rapport datant d'avril 2017 et récemment dévoilé par Le Monde, la Cour des comptes évoquait une augmentation des dépenses liées aux déplacements privés du patron du foot français. "Une hausse continue des affrètements d'avions", comme le souligne le document qui évoque un montant de 313 000 euros en 2015, contre seulement 9000 euros en 2011, année d'arrivée de Le Graët à la tête de la FFF.

"Quand je prends un avion, ce n'est pas pour aller passer un week-end sur la Côte d'Azur", se défend-t-il. Avant de préciser : "Ces déplacements sont toujours liés à ma fonction. J'arrive pour les réunions, je passe le temps qu'il convient et je rentre." Celui qui se déclare "bénévole" et "disponible à tout moment" revendique "un droit à se déplacer", tout en défendant ses mandats à la tête de l'institution située boulevard Grenelle.

"La Cour des comptes dit aussi que la Fédération s'est professionnalisée, qu'elle a des comptes tout à fait clairs, même positifs. Avec un budget de 250 millions d'euros, l'État nous donne moins d'un million. Heureusement que je suis disponible de temps en temps", glisse Noël Le Graët, en poste depuis juin 2011 et réélu pour un mandat de quatre ans en mars 2017.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU