Le constat triste et cinglant d'un ancien coureur français

Le constat triste et cinglant d'un ancien coureur français©Panoramic, Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 15 juillet 2021 à 11h07

L'ancien coureur français Stéphane Heulot évoque la suspicion générale sur le Tour de France et les performances de Tadej Pogacar.



Tadej Pogacar va très probablement remporter le Tour de France 2021 et signer le doublé après son sacre de l'an passé. Le Slovène a encore réalisé un coup d'éclat mercredi en remportant la 17eme étape au sommet du col du Portet. Le coureur de 22 ans n'échappe pourtant pas aux doutes et à la suspicion qui entoure ses performances. L'ancien coureur français Stéphane Heulot évoque le sujet à son tour. Des propos qui ne passent évidemment pas inaperçus.

Le champion de France 1996 et Maillot Jaune sur le Tour cette année-là avait déjà émis des doutes sur Pogacar l'année dernière après l'étape de la Planche-des-Belles-Filles en ciblant notamment l'entourage de son équipe. « Je ne veux plus le redire. Quand j'ai parlé de certaines personnes quelques années plus tôt, j'ai reçu des menaces de mort. Je ne retire aucun mot de ce que j'ai pu dire à une époque sur ces personnes. Mais en reparler, c'est leur faire trop d'honneur. Alors oui, il y a encore plein de gens malsains sur le Tour. Et il ne faut surtout pas avoir la mémoire courte », assène le Français dans Le Parisien, jeudi matin.

Heulot : « Mais c'est archi normal de douter de Pogacar et des autres ! »

« J'ai une conviction profonde : dans le sport comme dans la société, on peut parler de réformer mais si on ne reste qu'au verbe sans changer les hommes, on ne bouge pas. Des personnes ont gravement fauté et sur la durée. Elles ont été éjectées comme des malpropres du Tour avant d'y revenir. Alors s'il vous plaît, les grandes phrases sur la rédemption et le renouveau, évitez de me les ressortir. On m'a déjà fait le coup après l'affaire Festina en 1998 », ajoute Heulot, coéquipier cette année-là à la Française des jeux de Mauro Gianetti, sulfureux dirigeant de l'équipe UAE de Pogacar. Un homme que Heulot avait ensuite retrouvé à l'époque de l'équipe Saunier-Duval, exclue du Tour 2008 après le contrôle positif de l'Italien Riccardo Ricco.


Pour Heulot, il faut douter de tout. « Mais c'est archi normal de douter de Pogacar et des autres ! Avant Pogacar, certains ont voulu croire en Lance Armstrong ou Bjarne Riis, lâche l'ex-coureur. La suspicion est générale, et c'est mérité. Tous les patrons d'équipe doivent être paranoïaques et se dire "qu'estce qui me prouve qu'untel ou untel sont clean ?". Logiquement, je suis interpellé quand je vois les performances de Pogacar. Nous sommes tous influencés par le passé. »

Heulot : « Personne n'a intérêt à ce que le système explose »

Mis en doute, Tadej Pogacar comprend les critiques et dit qu'il est très souvent contrôlé, dont trois fois lors de l'étape de Tignes. « Combien de contrôles positifs a subis un certain coureur américain dans les années 2000 ? Un seul, qui fut étouffé, répond ironiquement Heulot, qui s'occupe désormais d'une équipe amateur. Et des types comme Alejandro Valverde ou Ivan Basso, pris dans des affaires à la suite d'enquêtes policières ? Aucun. Alors le coup des contrôles négatifs pour tout justifier... Rajoutons qu'il y a des gens très haut placés qui diront en ce moment que tout va bien car ils ont besoin, pour être réélus, des voix de petits pays de l'Est qui comptent autant que celles des pays traditionnels de vélo. Donc, personne n'a intérêt à ce que le système explose. C'est quand même prodigieux qu'on ne se pose pas de questions. Il n'y a pas besoin de s'appeler Pogacar pour être soupçonné de triche. J'admire profondément ceux qui posent des questions et qui enquêtent en ce moment. Eux au moins, ils ne mettent pas de lunettes noires pour dire que le cyclisme va bien. On s'est tellement fait cocufier que ma conviction est faite : il faut continuer à aimer le vélo mais ne pas être naïfs. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.