Tour d'Italie : Martin ne veut pas " se fixer des limites "

Tour d'Italie : Martin ne veut pas " se fixer des limites "©Panoramic, Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365 : publié le jeudi 05 mai 2022 à 21h50

A la veille de débuter son premier Tour d'Italie, le Français Guillaume Martin (Cofidis) a évoqué ses ambitions pour le classement général après un début de saison plutôt prometteur.



Et si les Tricolores rythmait la 105eme édition du Giro ? Alors que la première étape est prévue ce vendredi avec un départ à Budapest (Hongrie), plusieurs Français rêvent de briller cette année sur le premier grand Tour de l'année 2022. En effet, Romain Bardet (DSM) n'a pas caché ses ambitions pour le classement général récemment. De son côté, après des résultats sur le Tour de France (8eme en 2021) et sur celui d'Espagne (meilleur grimpeur en 2020), Guillaume Martin s'apprête à découvrir son premier Giro à 28 ans. Au sein de l'équipe Cofidis, où il fera notamment équipe avec l'Italien Davide Cimolai et son compatriote Rémy Rochas, le Normand espère bien s'illustrer à nouveau d'ici l'arrivée à Vérone, le 29 mai prochain. « C'est mon terrain d'expression, ça fait plusieurs grands Tours où je figure bien. J'ai envie de faire au moins aussi bien, je ne me fixe pas de limites », a d'ailleurs aisément reconnu le Parisien de naissance.

« Un peu idiot de se fixer des limites »

Invité de l'émission le "Super Moscato Show" ce jeudi sur les ondes de RMC Sport, Martin a ensuite développé à propos de ses ambitions sur ce Tour d'Italie. « C'est l'un des grands Tours avec le plus de dénivelé sur les vingt dernières années et moi je suis un pur grimpeur. Il y aura aussi peu de chronos. Ce n'est pas pour me déplaire. (...) Je ne m'interdis rien. Ce serait un peu idiot de se fixer des limites, mais ce n'est pas mon genre d'être présomptueux, a par la suite expliqué le coureur de la formation Cofidis. J'ai de l'ambition mais ce n'est plus le moment de parler, c'est le moment d'agir. Je suis lucide. Je ne manque pas d'ambition, mais je me connais de mieux en mieux, mes qualités et mes faiblesses. Je n'ai pas de complexe d'infériorité. » Sur ce Giro, ce dernier devra notamment faire face à la concurrence du favori, le Colombien Richard Carapaz (Ineos Grenadiers).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.