Mondiaux sur piste : Gros championne du monde de la vitesse, Landerneau en argent

Mondiaux sur piste : Gros championne du monde de la vitesse, Landerneau en argent©Panoramic, Media365

Aurélien CANOT, Media365, publié le vendredi 14 octobre 2022 à 21h53

Vingt-trois ans après le dernier titre de Félicia Ballanger, Mathilde Gros (23 ans) a été elle aussi sacrée championne du monde de vitesse, vendredi à domicile sur le vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines lors des Mondiaux sur piste. La Provençale offre du même coup leur premier titre dans ces Championnats du monde aux Bleus. Battu en finale du kilomètres, Melvin Landereau décroche, lui, la médaille d'argent.



Elle n'avait que trois mois lorsque la légendaire Félicia Ballanger avait décroché ce qui allait rester comme son dernier titre de championne du monde de la vitesse, en 1999. Vingt-trois ans plus tard, Mathilde Gros est elle aussi devenue la reine du sprint. A domicile sur la piste du vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, où se déroulera l'épreuve des Jeux de Paris 2024, la native de Lens a eu droit à son jour de gloire. Un jour promis depuis ses débuts à celle qui a découvert le vélo sur le tard mais dont le talent se devait d'être récompensé très vite. L'héroïne du jour côté français lors de ces Mondiaux de cyclisme sur piste a finalement attendu d'avoir 23 ans pour décrocher ce premier titre mondial. Gros était pourtant loin d'être favorite ce vendredi. C'est probablement ce que le public s'est dit en voyant la Provençale se présenter en demi-finales face à la double championne du monde en titre Emma Hinze. Dès lors que la jeune Tricolore a écarté de sa route, certes en trois manches après avoir perdu la première, cette Allemande qui l'avait privée du titre de championne d'Europe de la spécialité à Munich, rien ne semblait plus pouvoir arrêter la double championne d'Europe du keirin deux années de suite (en 2018 et 2019). La jeune femme, qui n'avait jamais fait mieux que médaillée de bronze (en 2019), lors des Mondiaux avait raison de se prendre à rêver.

Premier titre pour la France

Car en finale (sa première finale mondiale), un peu plus tard, face à une autre Allemande Lea Sophie Friedrich, elle a de nouveau montré qu'elle était supérieure à tout le monde physiquement. Après avoir nettement dominé la vice-championne du monde en titre dans une première manche sans appel, Gros, soutenue par tout un peuple, a d'ailleurs encore fait la loi, sur la deuxième manche. La Marseillaise pouvait résonner et la première championne du monde française de ces Mondiaux hurler sa joie en compagnie de ses proches après avoir écœuré à elle seul toute l'équipe allemande. Nul doute que devant sa télé, Ballanger n'a rien dû manquer de l'exploit de celle qui ne pouvait mieux assurer sa relève, le tout sous les yeux du président français de l'UCI David Lappartient, tout heureux de voir Gros apporter son premier titre à l'équipe de France dans ces Mondiaux et qui a également pu savourer l'autre médaille française de la soirée, en argent celle-ci pour Melvin Landereau. Ce dernier s'est incliné en finale face au tenant du titre Jeffrey Hoogland.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.