Dakar : Le saut dans l'inconnu de Sébastien Loeb

Dakar : Le saut dans l'inconnu de Sébastien Loeb©Media365
A lire aussi

Nicolas Kohlhuber : publié le samedi 02 janvier 2021 à 20h59

Nonuple champion du Monde des rallyes, Sébastien Loeb court toujours après sa première victoire sur le Dakar. Fort de deux podiums en 2017 et 2019, l'Alsacien va tenter d'y arriver cette année. Mais ce challenge s'annonce inédit pour plusieurs raisons.



Ce samedi, Sébastien Loeb participait à un prologue inédit dans l'histoire du Dakar. A Jeddah, il s'est classé dixième à 17 secondes de la première place partagée par Nasser Al-Attiyah et Brian Baragwanath. Mais l'objectif était ailleurs. Sur les onze kilomètres qui n'ont servi qu'à établir l'ordre de départ de la première étape prévue lundi, l'Alsacien ne visait pas une performance. « Je pense qu'il ne faut surtout pas finir trop devant car la position sur la route peut être importante pour la première étape. Partir premier dans la première spéciale avec un road-book électronique que Daniel va utiliser pour la première fois de sa vie, et sur un terrain où on n'a jamais mis les pieds, ce n'est pas recommandé ! » confiait le nonuple champion du monde des rallyes à L'Equipe. Il faut dire que c'était aussi le premier chrono réalisé par le Hunter, le 4x4 mis à sa disposition par BRX (Bahrain Raid Xtreme).


Après un an d'absence, le quadragénaire revient sur une course bien différente de celle où il a terminé 3eme en 2019. Fini la relation avec Peugeot, il est désormais lié pour deux ans avec une structure privée qui débute dans la discipline. Cela implique de nombreux ajustements. Et notamment une adaptation à une voiture quatre roues motrices contrairement à ce qu'il a pu connaître précédemment. Avec ce nouveau véhicule, le natif d'Haguenau va s'élancer sur des routes encore inconnues pour lui. S'il est monté à deux reprises sur le podium du Dakar, c'était au Pérou. Depuis, l'épreuve a migré en Arabie Saoudite où les paysages, les routes et les condition sont bien différentes. Et c'est encore plus vrai cette année avec la bulle sanitaire dans laquelle vont vivre les participants pendant deux semaines. « Un nouveau projet, une nouvelle voiture, une nouvelle équipe, un nouveau terrain, un nouveau système de road book. C'est beaucoup de nouveautés pour nous mais c'est sympa d'être là. On a une équipe motivée. Pour le reste on verra bien ce que ça va donner. » disait à l'AFP celui qui vise néanmoins une place dans le top 5. Un objectif élevé qui devrait lui permettre de s'adapter à un nouvel environnement avant de s'avancer avec plus de certitudes l'an prochain pour tenter de remporter une course exigeante qui se refuse toujours à lui. Malgré son statut et son palmarès, Sébastien Loeb court après un succès inédit sur le Dakar.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.