Mondiaux en salle : Mahuchikh est revenue sur son départ d'Ukraine

Mondiaux en salle : Mahuchikh est revenue sur son départ d'Ukraine©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le jeudi 17 mars 2022 à 22h20

Médaille de bronze du saut en hauteur aux Jeux d'été de Tokyo, Yaroslava Mahuchikh a confié dans quelles conditions elle a pu quitter l'Ukraine afin de rallier Belgrade afin d'y défendre les couleurs de son pays lors des Mondiaux d'athlétisme en salle.



Yaroslava Mahuchikh va pouvoir porter fièrement les couleurs de l'Ukraine. Vice-championne du monde du saut en hauteur à Doha en 2019 puis médaillée de bronze dans la même discipline l'été dernier lors des Jeux d'été de Tokyo, la native de Dnipro a très difficilement pu rallier Belgrade, qui organise ce week-end les championnats du monde d'athlétisme en salle. En amont de la compétition, l'Ukrainienne a confié son calvaire dans un entretien accordé au site officiel d'European Athletics. « Après des heures de panique totale, nous avons quitté notre ville de Dnipro il y a trois semaines dès le déclenchement du conflit pour nous installer dans un petit village non loin de chez nous, a déclaré Yaroslava Mahuchikh. Personne n'a pensé à s'entraîner à ce moment-là car nous étions obligés de passer des jours dans la cave à suivre les nouvelles de Kiev, Soumy et Kharkiv minute par minute. »

Mahuchikh : « C'est la réalité de la guerre »

Alors que les athlètes russes et biélorusses ont été exclu des compétitions organisées par World Athletics, l'Ukraine pourra compter sur six représentants à Belgrade. Mais, pour rallier la Serbie, Yaroslava Mahuchikh a connu un « voyage stressant », marqué par « des centaines d'appels téléphoniques, de nombreux changements de direction, des explosions, des incendies et des sirènes de raid aérien » et long de « plus de trois jours ». « J'aimerais penser que ce n'était qu'un cauchemar, mais c'est la réalité dans mon pays, a-t-elle ajouté. C'est la réalité de la guerre. » La situation dans laquelle son pays est plongé sera une source de motivation supplémentaire pour la native de Dnipro, en quête d'une quatrième médaille lors de grands championnats. « Nous devons nous battre partout pour prouver notre force et notre puissance, a-t-elle confié. Ma ligne de front pour les prochains jours sera la compétition féminine de saut en hauteur aux championnats du monde en salle. » Une compétition à laquelle la Russe Maria Lasitskene, championne olympique et championne du monde en titre, ne pourra pas participer.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.