Wiggins, la promenade de l'Anglais

Bradley Wiggins a survolé le contre-la-montre. (Reuters)

Bradley Wiggins a survolé le contre-la-montre. (Reuters)

En patron, Bradley Wiggins s’est adjugé samedi le contre-la-montre entre Bonneval et Chartres à l’occasion de la 19e et avant-dernière étape du Tour de France 2012. Le Britannique a avalé les 53,5 kilomètres de course en 1h04’13’’ et devancé son lieutenant chez Sky, Christopher Froome, d’1’16’’, pour renforcer sa première place au classement général. Pierre Rolland et Thibaut Pinot, eux, termineront cette Grande Boucle dans le Top 10.

Souverain. Bradley Wiggins a franchi samedi le dernier écueil de ce Tour de France 2012 que représentait le contre-la-montre long de 53,5 kilomètres entre Bonneval et Chartres. Le coureur britannique âgé de 32 ans a même fait mieux que cela en écrasant la concurrence, s’imposant en patron en Eure-et-Loir. Une victoire, qui ne souffre d’aucune contestation, aux allures de rappel: le double champion olympique de poursuite individuelle est bel et bien le plus fort. Christopher Froome ne dira pas le contraire, lui qui a accusé un retard final d'une minute et 16 secondes sur son leader pour terminer l’effort solitaire à la deuxième place.

Derrière, loin derrière Wiggins, auteur d’une démonstration pour conforter un maillot jaune revêtu au soir de la 7e étape et de la victoire de son lieutenant à La Planche des Belles Filles, le 7 juillet dernier. C’était deux jours avant que l’Anglais ne s’illustre sur le premier contre-la-montre de cette édition 2012, déjà remporté avec une facilité déconcertante du côté de Besançon. L’homme aux rouflaquettes a remis le couvert ce samedi. Dernier à s’élancer à 16h33, Wiggins a rapidement dégagé une impressionnante force, effaçant un à un les temps intermédiaires références établis avant son passage. Les explosant même.

Rolland et Pinot dans le Top 10

Longtemps détenteur du meilleur chrono, l’Espagnol Luis Leon Sanchez n’a pu que s’incliner. Après 14 kilomètres de course, Wiggins compte ainsi 12 secondes d’avance sur Froome et 35 secondes sur Tejay Van Garderen, le maillot blanc américain finalement septième du jour à 2 minutes et 34 secondes de la fusée britannique. Au deuxième passage intermédiaire, jugé à Bailleau-le-Pin après 30,5 kilomètres d'efforts, la tendance se confirme et le train jaune conforte une avance qui atteint désormais 54 secondes sur Froome et 58 secondes sur Luis Leon Sanchez. Le coureur de la Rabobank accusera en fin de compte 1 minute et 50 secondes de retard sur le futur vainqueur du Tour.

Une victoire finale sur la course à étapes la plus prestigieuse au monde, cela appartient au passé pour le tenant du titre, Cadel Evans, grand perdant du jour avec une modeste 52e place. L’Australien finira tout de même ce Tour en septième position, soit un rang de mieux que Pierre Rolland. Alors que l’enfer lui était promis, le leader d’Europcar a fait taire les mauvaises langues en limitant la casse (64e à 6’14’’) pour gagner le droit de conserver sa huitième place au général. "Je suis content de moi car ce matin, on disait que j’allais me faire doubler par tout le monde et finir 11e et 12e, j’ai tenu mon rang, je suis fier de moi", confiera après coup Rolland sur France Télévisions. Une fierté partagée par l’autre grand espoir du cyclisme tricolore et révélation de ce Tour 2012, Thibaut Pinaut, qui ralliera la capitale avec une prometteuse 10e place au général après avoir fini 41e ce samedi à 5’31’’ du premier. Le futur leur appartient. En attendant, Bradley Wiggins est plus que jamais présent. Et le sera, dimanche, sur la plus haute marche du podium de ce 99e Tour de France.

Le Tour sur votre mobile
en images
Le plaisir de la victoire Chute à l'arrière ! En reconnaissance Le poing levé Un Colombien en jaune
à lire aussi