US Open : Nadal répond à McEnroe, qui l'estime protégé par les arbitres

US Open : Nadal répond à McEnroe, qui l'estime protégé par les arbitres©panoramic, Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le jeudi 01 septembre 2022 à 23h39

Rafael Nadal n'est pas d'accord avec John McEnroe et lui fait savoir. La légende américaine a évoqué l'horloge au service et les éventuelles largesses prises par l'homme aux 22 titres du Grand Chelem, mais celui-ci réfute.



John McEnroe a indiqué que Rafael Nadal, selon lui, prenait trop de temps au service et qu'il bénéficiait d'une certaine mansuétude de la part des arbitres. C'est un journaliste qui, en conférence de presse, a relayé cette remarque à l'Espagnol qui s'est un peu énervé : "J'ai reçu beaucoup d'avertissements au cours de ma carrière, et précisément pour cette raison, pas pour avoir cassé une raquette ou pour m'être énervé sur le court. Je ne pense pas du tout recevoir un traitement différent, je ne comprends pas comment John McEnroe peut dire ça à la télévision et je vais en parler avec lui." Le n°3 mondial, en quête de son 23eme titre du Grand Chelem à l'US Open, explique toutefois les problèmes d'horloge par les conditions de jeu et les changements de réglementation.

"Je transpire beaucoup, et dans ces conditions très humides, le gros problème c'est que les ramasseurs de balle n'apportent plus la serviette. Il faut donc aller chercher à l'endroit le plus éloigné du terrain, donc je n'y vais pas très souvent..." La pandémie de Covid a abouti à cette nouveauté concernant le rôle des ramasseurs de balle, alors que la mise en place du chrono au service est un peu plus ancienne. C'est d'ailleurs l'US Open qui, en 2018, est devenu le premier tournoi du Grand Chelem à installer ce décompte des 25 secondes (sous peine de pénalité en cas de dépassement) qui est désormais devenu la norme sur les deux circuits, ATP comme WTA. Et n'empêche toujours pas Rafael Nadal de faire rebondir sa balle en moyenne 20 fois à chaque mise en jeu...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.