Paire : "Je suis nul, nul, nul"

Paire : "Je suis nul, nul, nul"©Media365
A lire aussi

Paul Rouget, Media365 : publié le jeudi 27 mai 2021 à 10h11

Benoît Paire, qui a abandonné pour ses débuts à Parme contre Jaume Munar, s'est encore agacé, et inquiète à quelques jours de Roland-Garros.


Le chemin de croix se poursuit pour Benoît Paire. Alors qu'il visait une place en quarts de finale du tournoi de Parme, face à son compatriote et ami Richard Gasquet, l'Avignonnais n'est pas allé au bout de son match contre l'Espagnol Jaume Munar (80e mondial) mercredi. Celui qui, malgré des résultats catastrophiques, pointe toujours au 40e rang du classement ATP, avait pourtant bien débuté la rencontre, enchaînant trois jeux consécutifs pour mener 3-1 après avoir cédé son service d'entrée. Debreaké dans la foulée avant de perdre à nouveau sa mise en jeu à 4-4, il s'inclinait finalement 7-5 dans ce premier acte, avant d'abandonner sur un nouveau jeu blanc de son adversaire, qui menait alors 3-1 dans la deuxième manche.

"Je ne suis pas bien dans ma tête"

"Je suis nul, nul, nul. Que des penalties depuis le début du match et j'arrive à les emplâtrer, car je ne suis pas bien dans ma tête...", a-t-on encore pu l'entendre pester sur la terre battue italienne. Il a ensuite assuré qu'il souffrait de maux de gorge pour justifier cet abandon, et cette nouvelle preuve du mal-être d'un joueur à la dérive. Très perturbé par la situation sanitaire et l'absence de public dans les tribunes, Paire ne cache pas son manque d'envie, très visible et très commenté sur le circuit. Notamment par ses confrères, comme Dominic Thiem. "Si tu ne veux pas jouer, reste à la maison. Si tu n'es pas motivé, personne ne t'oblige à jouer", avait confié l'Autrichien à El Pais au début du mois, en marge du tournoi de Madrid. Une épreuve espagnole où le Français a remporté l'un de ses deux matchs de l'année, face à Nikoloz Basilashvili (6-4, 7-5). Pour trouver trace de son autre victoire en 2021, pour un total de 14 défaites, il faut remonter au mois de février, et à son succès à Cordoba face à Nicolas Jarry (6-2, 6-4). Un bilan inquiétant pour le joueur de 32 ans, qui attaque son 12e Roland-Garros sans le moindre repère.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.