ATP - Doha : Malgré la défaite, Federer tire du positif de son retour

ATP - Doha : Malgré la défaite, Federer tire du positif de son retour©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 11 mars 2021 à 22h40

Battu par Nikoloz Basilashvili en quarts de finale à Doha, Roger Federer a assuré en conférence de presse que ses deux matchs au Qatar lui ont donné des indications positives quant à un retour à son meilleur niveau à temps pour Wimbledon.



Le retour de Roger Federer à Doha a tourné court. Au lendemain de sa première victoire sur le circuit ATP depuis plus d'un an, le Suisse a chuté en trois manches face à Nikoloz Basilashvili. A l'issue de la rencontre, l'ancien numéro 1 mondial n'a pas échappé à l'exercice de la conférence de presse. Confirmant avoir eu des sensations « totalement différentes » par rapport à son premier match, Roger Federer a explique être retombé « dans le classique que tu connais, tu te couches tard et tu repars 24 h ou 22 h plus tard », ajoutant tour de même être « méga content d'être là » et saluant la performance de son adversaire. « Les points forts de Basilashvili ne sont pas du tout ceux d'Evans. Et c'est là que tu réalises à quel point le tennis est difficile et complexe. Et ça, je l'ai senti aujourd'hui (jeudi), a confié le Suisse face à la presse. Basilashvili a beaucoup plus pu me faire mal côté coup droit. Mais j'ai quand même trouvé des solutions, j'ai eu ma balle de match. Presque en demi-finale. Mais sincèrement, il était plus fort que moi, il dominait les échanges du fond du court. Il me manque ce petit extra pour faire la différence. » Sur un plan plus personnel, Roger Federer a confié avoir « été surpris de bien servir ainsi tout au long du tournoi », assurant que c'est « la preuve que le genou ne va quand même pas mal ».

Federer : « Cette défaite est super facile à encaisser »

Assurant être « heureux d'avoir été capable de jouer deux matchs de trois sets en deux jours contre des top joueurs », le joueur aux 20 tournois du Grand Chelem confie que « cette défaite est super facile à encaisser » et « un pas en avant important » dans un retour sur le circuit ATP qu'il considère comme étant pleinement positif, en droite ligne avec son objectif de revenir à son meilleur niveau à temps pour Wimbledon. « Je suis content d'être de retour sur le circuit, heureux d'être venu à Doha. C'est vraiment un retour positif pour moi, ajoute Roger Federer. Comme je l'ai dit, je ne suis pas à 100 % encore. Je le sens, je le vois. À partir de là, l'important est d'être à 100 % pour la saison sur herbe. » Une deuxième rencontre en deux jours que le Suisse qui n'ont pas pesé sur son physique même si « certaines courbatures sont venues plus tard, comme l'épaule, le dos », assurant que c'est au niveau des jambes qu'il se sentait le mieux, un élément considéré comme positif. « C'était peut-être un peu raide le matin, mais c'est tout à fait normal. Je savais que cela pouvait arriver, a confié Roger Federer. Je suis content de la façon dont je me suis senti tout le match. Peut-être qu'il me manquait un peu de peps, mais sincèrement, je m'y attendais. Surtout face à Basilashvili qui m'a posé tout le temps des problèmes des deux côtés. »

Federer : « Pas d'autres choix que de jouer sur terre battue »

Après Doha et alors qu'il a déjà annoncé qu'il n'ira pas à Miami pour le premier Masters 1000 de la saison, Roger Federer pourrait faire le déplacement à Dubaï. « On va en parler avec l'équipe ce (jeudi) soir ou demain (vendredi). Cela va se décider dans les prochaines 24 heures, a déclaré le Suisse. Je ne peux pas en dire plus encore. » Un calendrier qui sera construit progressivement avec Wimbledon comme seule véritable échéance. « Après avoir fait ce que l'on a été capable de faire, jouer des points, puis un match, je sais, nous savons, que j'ai encore besoin de cinq, six semaines de travail physique, probablement un peu plus, tempère le Bâlois. Donc dans les quatre mois qui viennent avant Wimbledon, on devra porter un oeil très attentif au calendrier et voir quand je pourrai caler ce travail physique avec Pierre Paganini, mon kiné, mes entraîneurs de tennis, voir quelle charge de travail mon genou et mon corps peuvent encaisser et quelle est la meilleure façon de se préparer au mieux pour le début de la saison pour moi, qui est la saison sur gazon. » Une préparation du Grand Chelem londonien qui passera également par la terre battue, ce que le Suisse laisse entendre qu'il fait plus par obligation que par choix. « Les matchs sont importants, rappelle-t-il. Et ce qui vient avant le gazon, c'est la terre battue, donc de ce point de vue, je n'aurai pas d'autres choix que de jouer sur terre battue si je veux jouer des matchs. » Assurant que préparer son physique est « la priorité », Roger Federer pourrait tout de même se faire rare.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.