Ecartée du XV de France à cause de son voile ?

Ecartée du XV de France à cause de son voile ?©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le jeudi 21 janvier 2021 à 17h07

Après avoir déclaré qu'elle avait été écartée du XV de France en raison de son voile, Assa Koïta a rencontré le vice-président de la FFR, Serge Simon, et s'est réjouie que "la vérité triomphe toujours".

 

Son interview n'est pas passée inaperçue. Invité de la chaîne beIN Sports le week-end dernier, Assa Koïta (29 ans) avait expliqué qu'elle avait été écartée de l'équipe de France en 2015 à cause de son voile. "Une fois que j'ai commencé à porter le foulard, j'ai reçu des coups de fil de la Fédération française de rugby. J'ai pensé que c'était un sujet qui fâchait et soulevait des questions. On m'a posé des questions, les gens ont eu peur, a expliqué l'ancienne deuxième ligne des Bleues (30 sélections). On m'a ensuite appelée pour me dire que cela ne dérangeait pas pour aller en sélection, que je porterai un bonnet. Je recevais des coups de fil... mais je n'étais pas appelée en stage. Dès le premier coup de téléphone je savais que c'était mort et que je ne serais plus appelée. Cela devait leur poser problème." 

Une version ensuite démentie par Annick Hayraud, la manager du XV de France féminin. "Les convictions religieuses d'Assa ne sont jamais entrées en ligne de compte dans nos choix. Simplement, si Assa n'est pas revenue en sélection, c'est qu'elle n'avait pas retrouvé le niveau auquel on l'avait connu et que globalement, elle avait du mal à revenir, voilà tout, affirmait-elle dans Midi-OlympiqueSa religion n'entrait en aucun cas dans nos critères de sélection." Les deux femmes ont pu depuis s'expliquer lors d'une réunion à l'initiative de Serge Simon, vice-président de la FFR, comme le rapporte la fédération dans un communiqué. "La discussion fut constructive. Annick Hayraud a reconnu, dans le cadre d'une discussion avec Assa Koïta sur sa non-sélection, avoir exprimé des propos sur le port du voile et sur la religion en général. Elle a expliqué que ces propos n'avaient pas influencé le processus de sélection." 

"On connaît la vérité et c'est le principal maintenant on va travailler pour faire avancer les choses ensemble et éviter que ce genre de situation à l'avenir ! Le sujet est clos. Libre à chacun de se faire son idée mais comme je l'ai déjà dit, la vérité triomphe toujours", a ensuite expliqué sur Twitter celle qui a remporté le Tournoi des Six Nations en 2014 avant de finir troisième de la Coupe du monde la même année. Elle va maintenant mener des travaux dans le cadre de la Commission Fédérale de Lutte contre les Discriminations, afin d'y apporter "son précieux concours en partageant sa trajectoire de femme, de joueuse et d'éducatrice." "Toutes les joueuses et les joueurs victimes ou se sentant victimes de discrimination trouveront toujours une écoute et du soutien auprès de leur fédération. L'engagement d'Assa est en cela une formidable opportunité pour renforcer nos valeurs et nous faire grandir", a déclaré Serge Simon. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.