Top 14 (J12) : Le Racing 92 nouveau dauphin après son succès à Toulon

Top 14 (J12) : Le Racing 92 nouveau dauphin après son succès à Toulon©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, Media365, publié le dimanche 04 décembre 2022 à 22h55

A l'occasion de la dernière affiche de la 12eme journée du Top 14, le Racing 92 a pris le meilleur sur Toulon (14-31) et profite de l'occasion pour prendre la deuxième place du classement.



Le Racing 92 avait bien préparé son coup ! Si Laurent Travers a remodelé son équipe en vue du début de la Champions Cup le week-end prochain, le club francilien a pris la mesure d'une équipe de Toulon bien pâle devant ses supporters du Stade Mayol. Alors que la soirée avait commencé par la présentation de la recrue Dan Biggar, les joueurs de Franck Azéma et Pierre Mignoni ont totalement déjoué face à des Ciel-et-Blanc qui ont su appuyer là où ça faisait mal. Sur une pelouse qui n'est pas sortie indemne des intempéries qui ont récemment touché le Var, les 30 acteurs ont eu bien du mal à envoyer du jeu et c'est au pied que le score a pu évoluer. Dès la 3eme minute, Baptiste Serin a débloqué le compteur du RCT à la suite d'une faute au sol des Racingmen. Toutefois, Antoine Gibert a répliqué sept minutes plus tard à la suite d'un plaquage haut de Brian Alainu'uese sur Louis Dupichot. A l'approche de la moitié du premier acte, c'est Dany Priso qui s'est mis à la faute en écroulant une mêlée, offrant une occasion au buteur du Racing 92 que ce dernier n'a pas laissé passer. Dans la foulée, l'attaque toulonnaise a piégé celle des Ciel-et-Blanc, permettant à Baptiste Serin de remettre les deux équipes à égalité.

Toulon est sorti du match

Mais, alors que le RCT a eu l'occupation et la possession de balle, c'est bien le Racing 92 qui a viré en tête à la pause grâce à une troisième réussite au pied de son buteur Antoine Gibert. Après une première période pauvre en action et en rythme, la deuxième ne pouvait que faire mieux et ça n'a pas raté. A peine cinq minutes après la reprise, Teddy Iribaren a refroidi le Stade Mayol. Le demi d'ouverture, bombardé capitaine d'une formation remodelée, a profité d'une libération de balle rapide dans un ruck pour prendre à revers la défense toulonnaise et aplatir le premier essai de la rencontre. Sur la transformation, Antoine Gibert a manqué de chance, trouvant le poteau. La donne a alors changé à la 50eme minute quand Ibrahim Diallo a écopé d'un carton jaune pour un plaquage dangereux au niveau des jambes, à la suite duquel Baptiste Serin a ramené le RCT à cinq points sur pénalité. Un écart qui a fondu en toute fin de supériorité numérique quand Beka Gigashvili a pu suivre l'accélération de Facundo Isa et récupérer la balle dans un ruck pour aplatir sans opposition. Baptiste Serin, piégé par le chronomètre et un ballon tombé du tee, n'a pas été en mesure de taper la transformation. Une égalité au tableau d'affichage qui n'aura duré que trois minutes. En effet, Olivier Klemenczak a très vite redonné l'avantage au Racing 92.

Le Racing 92 nouveau dauphin

Le centre du club francilien a profité d'un rebond favorable sur un jeu au pied d'Antoine Gibert pour piéger la défense du RCT et aplatir un essai qui a changé la physionomie du match. En effet, les joueurs de la Rade ont commencé à sortir de la rencontre et n'ont pas été en mesure de se relancer. A l'entame des dix dernières minutes, Teddy Iribaren a donné plus de corps à l'avantage de son équipe en passant une pénalité puis Toulon a dû terminer le match en infériorité numérique. En effet, Gervais Cordin a reçu un carton jaune après un plaquage avec retournement sur Olivier Klemenczak. Une supériorité numérique dont les Ciel-et-Blanc ont vite su tirer un bénéfice. A la suite d'une sortie de balle express dans un regroupement, Ben Volavola a profité du manque vigilance des Toulonnais pour s'infiltrer dans l'en-but et aplatir quelques secondes avant la sirène. Après la transformation marquée rapidement par Teddy Iribaren, les Racingmen ont essayé de profiter d'un dernier ballon pour arracher le bonus offensif. Mais, après un jeu au pied de Warrick Gelant, les Ciel-et-Blanc se sont mis à la faute, permettant aux Toulonnais de mettre un terme à leur agonie. Avec cette cinquième victoire consécutive en Top 14 (14-31), la seule à l'extérieur du week-end, le Racing 92 déloge le Stade Français Paris de la deuxième place du classement à cinq points de Toulouse. Toulon, battu pour la troisième fois en quatre matchs, stagne à la neuvième place.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.