Challenge Cup : Un deuxième titre pour Montpellier ?

Challenge Cup : Un deuxième titre pour Montpellier ?©Media365

Paul Rouget, Media365 : publié le vendredi 21 mai 2021 à 11h53

Déjà vainqueur du Challenge Européen en 2016, le MHR, qui vit une drôle de saison, vise un deuxième sacre continental vendredi soir (21h) face à Leicester.



Redevenu entraîneur en janvier pour sauver la saison, alors très mal engagée, de Montpellier, Philippe Saint-André, directeur du rugby au sein du club héraultais depuis mars 2020, a bien redressé la barre, lui qui a succédé à Xavier Garbajosa. Après avoir flirté avec le maintien, le MHR, qui a signé huit victoires consécutives toutes compétitions confondues avant de s'incliner samedi dernier face au Stade Français avec une équipe très remaniée (32-10), s'est hissé au 10e rang du Top 14, et dispute vendredi soir (21h) à Twickenham, devant 10 000 spectateurs, sa deuxième finale européenne, après avoir remporté la Challenge Cup face aux Harlequins en 2016 (26-19).

Les Anglais "vraiment outsiders"

Pour la finale de cette édition 2021, Montpellier, tombeur de Bath dans le dernier carré (19-10), retrouve un nouveau club anglais, les Leicester Tigers. Où l'on se méfie des Français. "On affronte une équipe qui est sur une série incroyable en Top 14, a ainsi confié en conférence de presse l'entraîneur Steve Borthwick. Ils ont perdu avec leur équipe B (à Paris, ndlr), mais cette équipe B avait de l'allure, non ? Il y avait des bons joueurs. Mais c'est une équipe avec plein d'internationaux, et on sera vraiment outsiders." Mais Saint-André, fin connaisseur du rugby anglais, se méfie de l'actuel sixième de Premiership.

Saint-André : "Un bon bol d'air"

"Ils ont souffert ces dernières années, mais je pense qu'ils ont retrouvé l'ADN du club. Et on voit qu'aujourd'hui ils jouent bien, et qu'ils ont retrouvé la confiance", a déclaré l'ancien coach de Gloucester et de Sale, qui a aussi salué le travail de Borthwick, arrivé en début de saison et qui fait du "super boulot" selon Saint-André. Et «PSA» s'attend à un match "dur et compétitif", et à "une opportunité de prendre un bon bol d'air durant cette saison difficile. C'est déjà bien de jouer une finale. Maintenant, nous sommes à 80 minutes de réaliser une bonne saison. Parce que quand vous gagnez quelque chose, c'est une bonne saison pour moi." Il n'y a plus qu'à...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.