FFR : Accusé de corruption et de trafic d'influence, Altrad nie en bloc

FFR : Accusé de corruption et de trafic d'influence, Altrad nie en bloc©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, Media365, publié le mercredi 19 janvier 2022 à 12h40

Accusé de trafic d'influence et de corruption dans une affaire pour laquelle il fera face à la justice en septembre prochain aux côtés de Bernard Laporte, Mohed Altrad a rejeté l'ensemble de ces accusations.

Mohed Altrad n'en démord pas ! Alors que l'homme d'affaires va devoir s'expliquer devant la justice en septembre prochain aux côtés du président de la Fédération Française de rugby (FFR) Bernard Laporte, il a profité d'un entretien accordé à Sud Radio pour revenir sur les accusations dont il fait l'objet et les rejette fermement. Principal sponsor du XV de France, mais également des All Blacks depuis le début de l'année 2022, au travers de son groupe spécialisé dans la production et la distribution de matériels pour le bâtiment, Mohed Altrad est accusé de corruption, de trafic d'influence et d'abus de biens sociaux dans une affaire de favoritisme liée au contrant liant la FFR et le premier sponsor s'étant affiché sur le maillot des Bleus. « Tout ce que vous lisez, ce que vous avez lu et ce que vous lirez a déjà été dit en 2017 et 2018, a affirmé l'homme d'affaires lors de cet entretien. Il n'y a rien de nouveau. Après, on espère que ce feuilleton s'arrêtera un jour. Mais il n'y a rien de nouveau. C'est juste un habillage différent. »


Altrad « rejette l'idée de la corruption et aussi celle du trafic d'influence »

Toutefois, se réfugiant derrière « le secret de l'instruction », Mohed Altrad n'a pas communiqué sur des éléments permettant de le disculper dans cette affaire. Affirmant être « pris dans un contexte du rugby français qui est un petit milieu », dont il se dit « différent », l'homme d'affaires « rejette l'idée de la corruption et aussi celle du trafic d'influence ». Toutefois, il assure qu'il donnera sa vision de l'affaire « un jour » et assure que « ce sera intéressant ». « C'est la première fois que je suis dans ce genre de situation et je ne suis pas vraiment un bon client pour cela », ajoute-t-il. Pour ce qui est de ses relations avec Bernard Laporte, il assure apprécier le patron du rugby français « qui est devenu très proche » mais affirme que « ce n'est pas pour autant (qu'il pratiquerait) des choses impropres ». Mohed Altrad a enfin eu un mot concernant « le milieu du rugby », dans lequel il affirme « tout le monde est ami avec tout le monde » mais sans s'avouer convaincu. C'est désormais la justice qui va devoir se prononcer sur cette affaire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.