JO 2024 : Fourcade prend à cœur son rôle de président de la commission des athlètes

JO 2024 : Fourcade prend à cœur son rôle de président de la commission des athlètes©Media365

Aurélie SACCHELLI, publié le vendredi 27 novembre 2020 à 09h53

Président de la commission des athlètes des Jeux Olympiques de Paris 2024, Martin Fourcade revient sur son rôle ce vendredi dans L'Equipe et évoque notamment la nouvelle carte des sites olympiques.


A J-2 de la reprise de la Coupe du Monde de biathlon, Martin Fourcade aurait pu avoir le cœur lourd et la gorge serrée de voir ses anciens collègues et rivaux reprendre les skis et la carabine en compétition. Mais le multiple champion olympique, retraité depuis mars, avoue ne pas avoir le moindre regret. Ce jeudi, il animait d'ailleurs le « forum des athlètes » en visio-conférence, en tant que président de la commission des athlètes de Paris 2024. Alors que la carte des sites a récemment été modifiée, l'ancien biathlète a expliqué son rôle de conseil dans les colonnes de L'Equipe.

Fourcade : "Travailler avec le COJO, le challenger, le conseiller"

« L'idée, c'est de travailler avec les équipes du COJO (Comité d'organisation, ndlr) au quotidien, de challenger le COJO, de le conseiller sur ce qu'attendent les athlètes. Ce sont eux aussi qui nous sollicitent, notamment sur la revue de concept (la nouvelle carte des sites) où on a eu à cœur de participer pour faire en sorte qu'elle soit le mieux comprise par les athlètes. Par exemple, le stade Jean-Bouin est supprimé au profit du Stade de France. Pour les rugbymen, c'est un vrai plus. Certes, il y a une capacité qui est augmentée, mais on passe d'une pelouse artificielle à une pelouse naturelle et c'est quelque chose qui va vraiment dans le sens des athlètes. » Alors que le handball a été délocalisé à Villeneuve d'Ascq, ce qui signifie que les handballeurs ne logeront pas au village olympique, Martin Fourcade explique avoir étalement été consulté : « C'est une décision prise en prenant les athlètes en considération. Nous, notre idée, ce n'est pas de dire ça il faut le faire ou ça il ne faut pas le faire. Mais à partir du moment où on choisit cette voie-là, si les athlètes du hand ne sont pas forcément au village olympique et paralympique, il faut qu'ils aient par contre la possibilité de participer aux cérémonies d'ouverture et de clôture, de pouvoir être intégrés au village principal dès la fin de leur compétition. Ce sont des points qu'on a fait remonter. » Et quand c'est un septuple médaillé olympique qui parle, on l'écoute.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.