Nice : Atal remis en liberté sous contrôle judiciaire, dans l'attente de son jugement le 18 décembre

Nice : Atal remis en liberté sous contrôle judiciaire, dans l'attente de son jugement le 18 décembre©Panoramic, Media365

Juba Touabi, Media365, publié le vendredi 24 novembre 2023 à 14h33

Le défenseur de l'OGC Nice, Youcef Atal, aurait été placé, jeudi soir, en garde à vue pour provocation à la haine raciale selon les informations de Nice-Matin. Après sa présentation, ce vendredi au tribunal judiciaire de Nice, le joueur a été remis en liberté sous contrôle judiciaire dans l'attente de son jugement, le 18 décembre prochain.



L'international algérien est dans l'œil du cyclone depuis plusieurs semaines. En octobre dernier, le joueur de 27 ans avait partagé une vidéo du cheikh Mahmoud al-Hasanat demandant à Dieu d'envoyer « un jour noir sur les juifs ». Youcef Atal avait ensuite rapidement supprimé la publication et présenté des excuses.

« J'ai conscience que ma publication a choqué plusieurs personnes, ce qui n'était pas mon intention et je m'en excuse, avait-il confié sur Intagram. Je tiens à clarifier mon point de vue sans aucune ambiguïté: je condamne fermement toutes formes de violence, où que ce soit dans le monde, et je soutiens toutes les victimes. Jamais je ne soutiendrai un message de haine ».

Atal toujours suspendu par l'OGC Nice

Dans cette affaire, l'OGC Nice n'a pas tardé à réagir. Le club azuréen a suspendu le latéral droit jusqu'à nouvel ordre. De son côté, la Commission de Discipline de la Ligue de Football Professionnel (LFP) a infligé une peine de 7 matchs de suspension au défenseur niçois. En plus du volet sportif, ce dossier a également pris une tournure judiciaire.

Il y a quelques semaines, le procureur de Nice avait annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire pour « apologie du terrorisme et provocation publique à la haine ou à la violence ». Ce jeudi 23 novembre 2023, Youcef Atal aurait été placé en garde à vue. Le chef « provocation à la haine raciale à raison de la religion » qui aurait finalement été retenu. Désormais, le joueur a été remis en liberté sous contrôle judiciaire sous cautionnement d'un montant de 80 000 euros, indiquent nos confrères de Nice-Matin. Convoqué devant le tribunal correctionnel le 18 décembre prochain, Atal est interdit de quitter le territoire national, "sauf pour des raisons liées à des activités de footballeur", précise le tribunal judiciaire de Nice.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.