Nice : Rivère ne veut pas réagir aux demandes de Mediapro

Nice : Rivère ne veut pas réagir aux demandes de Mediapro©Media365
A lire aussi

Marie Mahé : publié le jeudi 08 octobre 2020 à 21h40

Présent en conférence de presse, Jean-Pierre Rivère, président de l'OGC Nice, n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet Mediapro.



C'est une annonce qui a fait l'effet d'une bombe. Ce mercredi, Mediapro, actuel diffuseur principal de la Ligue 1, a officiellement demandé à pouvoir renégocier à la baisse les droits TV, auprès de la Ligue de football professionnel. C'est en tout cas ce qu'a indiqué Jaume Roures, le président de Mediapro, auprès de L'Equipe : « Nous voulons rediscuter le contrat de cette saison. Elle est très affectée par le Covid, tout le monde le sait, car tout le monde souffre. On ne remet pas en cause le projet en tant que tel. Mais les bars et les restaurants ont fermé, la publicité s'est effondrée. On veut renégocier le prix. » De plus, le groupe aimerait également pouvoir obtenir un délai pour pouvoir payer ce qui correspond à son deuxième versement.

Rivère : « Un sujet sur lequel je ne souhaite pas m'exprimer aujourd'hui »

Ce dernier était d'ailleurs censé intervenir ce mardi 6 octobre et s'élève à 172 millions d'euros. Une nouvelle pas bien vécue par les clubs français, forcément, alors que la LFP a opposé une fin de non-recevoir. Ce jeudi, une conférence de presse était organisée du côté de Nice, afin de présenter l'un des derniers arrivants au sein du club, à savoir le milieu de terrain français Jeff Reine-Adélaïde (22 ans), prêté par l'Olympique Lyonnais. Présent aux côtés de son nouveau protégé, Jean-Pierre Rivère a forcément été interrogé sur le sujet. Toutefois, le président de l'OGC Nice n'a clairement pas voulu s'étendre sur le sujet, se contentant alors de dire : « C'est un sujet extrêmement sensible, et sur lequel je ne peux pas apporter de commentaires. Voilà, après, il faut prendre les choses avec sérénité. Être serein là-dessus et se dire : « Voilà, on va travailler et puis, on verra bien l'évolution des choses. » Mais, c'est un sujet sur lequel je ne souhaite pas m'exprimer aujourd'hui (ndlr : jeudi). »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.