FFF : Le Graët est bien candidat

FFF : Le Graët est bien candidat©Media365
A lire aussi

Paul Rouget : publié le jeudi 21 janvier 2021 à 15h54

Sans surprise, Noël Le Graët a annoncé qu'il briguait un quatrième mandat à la présidence de la FFF. Le Breton (79 ans) fera face à Michel Moulin et Frédéric Thiriez le 13 mars. 

 

Noël Le Graët briguera bien un quatrième mandat à la présidence de la Fédération française de football (FFF). Personne n'en doutait, mais c'est désormais officiel. "Après avoir largement consulté les acteurs du football français ces dernières semaines et les membres du comité exécutif de la FFF ce matin, j'ai décidé de solliciter le renouvellement de votre confiance, en vous présentant ma candidature à la présidence de notre Fédération", a-t-il écrit dans un courrier adressé aux différentes familles du football.  

"Je sais avoir l'expérience, l'énergie et la passion pour construire une équipe à la hauteur de vos attentes et des enjeux. Elle vous tiendra avec moi un discours vrai, honnête, sans démagogie, pragmatique mais aussi résolument constructif et optimiste pour l'avenir du football français", poursuit le dirigeant de 79 ans, à la tête de la FFF depuis 2011, et qui a déjà été réélu à deux reprises, en 2012 et en 2017. 

Moulin très offensif

Face à lui, deux candidats déclarés : Michel Moulin et Frédéric Thiriez. Ancien président de la LFP, ce dernier a annoncé sa candidature à la mi-décembre, reprochant à Le Graët dans les colonnes de L'Equipe "l'insuffisante attention portée au football amateur", reconnaissant avoir "eu quelques conflits" avec son ex-homologue de la FFF, notamment pour "défendre l'autonomie de la LFP" face un Breton ayant selon lui "une conception assez extensive de son rôle." 

Moulin, qui a été conseiller ou directeur sportif au Red Star, à Istres, au Mans ou au PSG (pendant deux mois en 2008), s'est lui officiellement déclaré le 8 janvier, en se montrant particulièrement offensif. Il a, par exemple, demandé le retour de Karim Benzema chez les Bleus. Ce qui a particulièrement agacé Didier Deschamps, soutien sans faille de Le Graët. Et Moulin n'a pas tardé à répondre au sélectionneur. "Peut-être a-t-il peur qu'il y ait un vrai patron à la fédération ?, a lâché l'entrepreneur sur Eurosport. Car s'il y a un vrai patron au-dessus de lui, il sera sélectionneur mais pas le patron de toute la fédération comme aujourd'hui." Des échanges qui devraient s'intensifier d'ici l'assemblée fédérale du 13 mars.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.