Retour sur la Coupe du Monde 1990

Retour sur la Coupe du Monde 1990©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le jeudi 03 novembre 2022 à 17h51

Revivez les meilleurs moments de la Coupe du Monde de football 1990, organisée en Italie, avec l'Allemagne qui remporte son 3ème titre mondial.


Un terne Mondiale 1990

Pour la deuxième fois après 1934, l'Italie accueille la Coupe du Monde. Ce Mondiale 1990 se déroule du 8 juin au 8 juillet dans 12 stades répartis sur la Botte, la Sardaigne et la Sicile (Turin, Milan, Vérone, Udine, Gênes, Bologne, Florence, Rome, Naples, Bari, Palerme et Cagliari). Le plateau réunit 24 équipes (14 formations européennes, 4 d'Amérique du Sud, 2 d'Afrique, 2 de la zone Concacaf et 2 d'Asie) réparties dans six groupes lors du premier tour. Certains se souviennent peut-être de Ciao, la mascotte parée de vert, blanc et rouge, représentant un footballeur avec une tête en ballon et un corps aux couleurs de l'Italie. Si elle est bien organisée, cette 14eme édition de la Coupe du Monde demeure la moins prolifique de l'histoire avec la moyenne de buts par match la plus faible de l'histoire (2,21) malgré quelques rebondissements et de beaux épisodes à suspense.

Sans la France

Ce Mondial 1990 se tient sans l'équipe de France qui est absente du rendez-vous planétaire pour la première fois depuis 1974. Appelé à la rescousse en novembre 1988, Michel Platini a remplacé Henri Michel mais n'a pas réussi à mener à bien sa mission de qualifier les Bleus pour l'Italie, le pays où il a brillé avec la Juventus Turin durant sa carrière de joueur. Avec 3 défaites et 2 nuls au compteur, « Platoche » échoue suite à une défaite en Ecosse (0-2) et un match nul insipide concédé au Parc des Princes devant la Yougoslavie (0-0) de Safet Susic et Dragan Stojkovic, le 29 avril 1989. La France achève sa triste campagne de qualifications à la 3eme place de son groupe derrière Ecossais et Yougoslaves malgré 3 buts chacun de Jean-Pierre Papin et Eric Cantona.

Matthäus, Milla, Gascoigne et surtout « Toto » Schillaci

Désigné Ballon d'Or France Football en fin d'année, Lothar Matthäus est l'un des joueurs les plus en vue de ce Mondiale 1990. Le numéro 10 allemand est sacré champion du monde en prenant une part significative dans le couronnement de l'Allemagne de l'Ouest. Grâce à sa frappe de balle terrible, Matthäus inscrit 4 buts, comme le Camerounais Roger Milla, un des autres grands bonhommes de cette édition. L'attaquant de 38 ans contribue à la qualification des Lions Indomptables en quarts de finale contre l'Angleterre, faisant du Cameroun, tombeur de l'Argentine (1-0) à Milan lors du match d'ouverture, la première équipe africaine à rallier ce stade de la compétition. On se souvient aussi des larmes du facétieux joueur anglais Paul Gascoigne au cours de ce quart d'anthologie (3-2 après prolongation). Mais si l'on ne devait retenir qu'un joueur, ce serait Salvatore Schillaci. D'abord remplaçant lors des deux premières rencontres, l'Italien, vite surnommé « Toto », a flambé à la maison, empilé les buts (6, soulier d'or de la compétition) et fait vibrer tout un pays jusqu'aux demi-finales. Confrontée, à Naples, à l'Argentine de « son » Diego Maradona, la Nazionale était finalement tombée aux tirs au but dans le cratère de San Paolo (1-1, 4-3 t.a.b.).

L'Allemagne de l'Ouest la plus solide

Après avoir échoué quatre ans plus tôt à Mexico, l'Allemagne de l'Ouest prend sa revanche sur l'Argentine en finale (1-0) et décroche la timbale pour la 3eme fois de son histoire après 1954 et 1974. La formation dirigée par Franz Beckenbauer, premier homme de l'histoire à être sacré champion du Monde comme joueur et sélectionneur, va jusqu'au bout à l'issue d'une finale décevante et particulièrement terne. Sur un penalty transformé à la 85eme minute, Andreas Brehme libère une formation solide emmenée par les trois éléments de l'Inter Milan (Matthäus, Klinsmann, Brehme), Rudi Völler, Pierre Littbarski, Thomas Hässler, Jürgen Kohler et le gardien Bodo Illgner. Sortie première de sa poule devant la Yougoslavie, la Colombie et les Emirats arabes unis avec 2 victoires et un nul (1-1 contre la Colombie), la Nationalmannschaft avait éjecté son grand rival néerlandais en 8emes de finale (2-1) - un match marqué par les expulsions de Frank Rijkaard et Rudi Völler dès la 22eme minute suite au crachat du 1er vers le deuxième qui a répondu -, la Tchécoslovaquie de Thomas Skuhravy (5 buts) en quarts, et eu raison de l'Angleterre aux tirs au but en demi-finales (1-1, 4-3 t.a.b.) au bout du suspense.

Demi-finales
3 juillet 1990 : Argentine bat Italie (1-1, 4 tirs au but 3)
But pour l'Argentine : Caniggia - But pour l'Italie : Schillaci

4 juillet 1990 : Allemagne de l'Ouest bat Angleterre (1-1, 4 tirs au but à 3)
But pour l'Allemagne de l'Ouest : Brehme - But pour l'Angleterre : Lineker

Finale
8 juillet 1990 : Allemagne de l'Ouest bat Argentine (1-0)
But pour l'Allemagne de l'Ouest : Brehme (sur penalty)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.