Pogacar : " Le but n'était pas de prendre le maillot jaune "

Pogacar : " Le but n'était pas de prendre le maillot jaune "©Media365
A lire aussi

Marie Mahé, Media365, publié le jeudi 07 juillet 2022 à 19h17

A l'issue d'une sixième étape très animée, Tadej Pogacar, qui s'est imposé, s'est donc également emparé du maillot jaune de leader. Retrouvez les réactions des principaux acteurs de la course.


Tadej Pogacar (SLO/UAE Team Emirates) - Vainqueur de l'étape et maillot jaune

« Plus je gagne, mieux c'est. L'étape a été très dure, les deux premières heures ont été folles, le plus fort (van Aert) était dans l'échappée et beaucoup de coureurs voulaient être devant. Je me suis demandé à un moment si on allait le reprendre mais le peloton était le plus fort. Ensuite, comme je me sentais bien, l'équipe a beaucoup travaillé pour me placer dans la meilleure position. Le sprint ? ce n'était pas un pur sprint. On est allé très vite dans les deux dernières ascensions. Heureusement, j'avais de bonnes jambes. Le but n'était pas de prendre le maillot jaune mais je suis très heureux de la victoire. »

Michael Matthews (AUS/BikeExchange-Jayco) - Deuxième de l'étape

« C'était quand même compliqué dans cette dernière ascension d'un kilomètre. On était plutôt bien placé, mes coéquipiers avaient fait le boulot pour moi avant le pied. j'ai essayé de récompenser leur travail, et j'ai bien commencé, mais après je n'ai pas été capable de suivre l'accélération de Tadej Pogacar. J'ai fait mon sprint, mais derrière. Si vous regardez tout ce qu'il a fait sur cette première semaine, depuis le contre-la-montre, c'est incroyable. Pour lui, pour ses fans, pour le sport, c'est incroyable de voir un garçon avec autant de talent. Il a gagné le Tour deux fois, il aurait pu faire une pause, mais il continue à faire le show. Il nous donne du fil à retordre, mais c'est quelque chose de spécial d'essayer de rivaliser. »

David Gaudu (FRA/Groupama-FDJ) - Troisième de l'étape

« La semaine s'est bien déroulée jusqu'ici. Aujourd'hui, c'était encore une sacrée journée, cela a roulé énormément. J'avais un peu mal au pattes. Tout le monde était entamé au moment du final. J'ai réussi à prendre la bonne roue au bon moment, celle de Roglic, qui a lancé comme d'habitude aux 400 mètres. Mais, il y avait vent de face. Il s'est écrasé et il n'y a que Pogacar qui nous "explose" en lançant aux 250 mètres. Il n'y a pas à rougir de la performance mais c'est une arrivée "punchy", c'est vraiment demain (vendredi) que ça va compter. Je suis content, c'est une bonne mise en route, ça donne confiance. »

Tom Pidcock (GBR/Ineos Grenadiers) - Quatrième de l'étape

« Les jambes étaient bonnes dans les derniers kilomètres, mais j'ai essayé de prendre l'échappée ce matin et ce n'était pas si bien que ça, je n'ai pas réussi à prendre le bon coup. Après je me suis amélioré au cours de l'étape. Primoz Roglic (Jumbo-Visma) m'a un peu surpris parce qu'il est parti tôt. J'ai fait un bon sprint mais j'ai raté le coche, et puis Pogacar était meilleur. Van Aert, lui, il est un peu fou, je ne sais pas trop quoi dire de lui, c'est rare de voir ça. »

Nairo Quintana (COL/Arkéa-Samsic) - Cinquième de l'étape

« C'était une étape très très dure et longue. On a roulé tellement vite, c'était incroyable la vitesse. Toute l'équipe a fait un travail super. Notamment Warren Barguil, il a fait beaucoup. Je les remercie de m'avoir accompagné si loin. Cinquième, c'est bien, les sensations sont bonnes. Cela me donne beaucoup de confiance pour bien faire demain (vendredi) et sur toutes les étapes de montagne. L'objectif pour l'étape de demain, c'est de rester avec les favoris, et après on verra la suite. »

Romain Bardet (FRA/DSM) - Dixième de l'étape

« C'était dur aujourd'hui... C'était vraiment costaud avec ce vent qui soufflait de trois-quarts dos. Sur les 70 premiers kilomètres, c'était comme un final de course et j'ai un peu souffert. Mais je pense que c'est normal. Je n'ai pas couru depuis le Giro et pas effectué ce genre de journée à l'entraînement. À la fin, j'étais là mais sans être acteur. C'est bien de s'accrocher et c'est en répétant ces efforts-là que je reprendrai du rythme. (Sur son rôle demain sur La Planche des Belles Filles) On verra si je peux jouer les premiers rôles. La fatigue commence à s'installer pour tout le monde après les pavés hier (mercredi) et une étape qui était tout sauf de transition aujourd'hui (jeudi). Demain (vendredi), c'est la première arrivée au sommet donc ça va être intéressant »

Guillaume Martin (FRA/Cofidis) - 19eme de l'étape

« J'avais plutôt des bonnes jambes mais c'était un final pour puncheurs. L'étape a été assez folle, chacun a pu le voir, je tiens à remercier Ion (Izagirre) et aussi Max Walscheid, qui a tout fait pour me placer. Au départ de l'étape, j'ai cru comprendre que l'équipe de van Aert n'avait pas envie de contrôler toute la journée, ils ont choisi une solution un peu radicale, mettre le maillot jaune devant. Il n'a pas quitté les quinze premières positions pendant 80 kilomètres, il était vraiment impressionnant. On avait un peu tous l'impression d'être des cadets face à lui. Il a fallu que beaucoup d'équipiers conjuguent leurs forces pour revenir. »

Alexis Vuillermoz (FRA/TotalEnergies) - 49eme de l'étape

« J'étais à mon aise dans les dernières montées. Quand je me suis retrouvé devant, j'ai voulu gérer mon effort mais la dernière côte était longue. J'avais encore une très bonne allure, j'avais encore 475 watts à mon compteur, mais derrière ça roulait très fort. J'aurais peut-être dû attendre. Ma forme est bonne, meilleure qu'au Dauphiné, mais il reste à le prouver sur le vélo. En tout cas, je me suis rassuré, je continuerai à tenter ma chance. »

Wout Van Aert (BEL/Jumbo-Visma) - 103eme de l'étape et maillot vert

« Il est certain que le Maillot Jaune est plus beau... mais j'ai aimé le jaune, et je vais aimer le vert. Ce matin, nous avons pensé que sur cette très longue étape nous n'allions pas recevoir beaucoup d'aide pour contrôler la course. Alors l'idée c'était de prendre l'échappée et ça a été très difficile. Au bout du compte, nous n'étions que trois à l'avant, donc j'étais bien conscient que ce serait difficile d'aller au bout. Mais j'ai voulu continuer pour faire honneur au Maillot Jaune et faire profiter un peu le public. Je savais qu'avec les efforts que j'ai fournis, je ne pouvais plus batailler pour la victoire dans le final. Maintenant je vais avoir un autre rôle, en continuant de chasser les points pour le maillot vert, et en aidant mes coéquipiers au maximum. Demain, je travaillerai d'abord dans la première partie de l'étape et jusqu'au début de l'ascension finale, puis je terminerai la montée tranquillement pour récupérer un peu »

Magnus Cort Nielsen (DAN/EF Education-EasyPost) - 159eme de l'étape et maillot à pois

« Cela a duré très longtemps avant que l'échappée puisse partir. J'ai tenté un peu ma chance au bout d'une demi-heure pour voir si je pouvais me glisser dans un mouvement. Mais au final, c'est un trio qui s'est détaché, avec Wout van Aert dedans. C'était une position idéale pour nous chez EF, parce que c'était une opportunité qu'il se fatigue et qu'il perde le Maillot Jaune en fin de course. Le plan a marché, mais malheureusement les bonifications ont empêché Neilson Powless de prendre le Maillot Jaune. Ce n'est pas grave, si on ne tente pas on ne gagne jamais. »

Sources : AFP, site officiel du Tour de France, L'Equipe et Cyclism'actu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.