Paris-Roubaix : " Avoir envie d'être là " pour gagner selon Madiot

Paris-Roubaix : " Avoir envie d'être là " pour gagner selon Madiot©Media365

Guillaume Issner, Media365, publié le samedi 02 octobre 2021 à 13h48

L'avant-dernière grande classique de la saison, Paris-Roubaix, livrera son verdict dimanche. Marc Madiot, double vainqueur de ce Monument, révèle l'attitude à adopter pour se donner les moyens de l'emporter.



De retour au calendrier après avoir été annulé l'an dernier en raison de la pandémie de Covid-19, Paris-Roubaix est le dernier grand rendez-vous de la saison. Pas forcément attendu avec impatience par le peloton tant les mauvaises surprises peuvent être nombreuses, ce 118eme chapitre de l'Enfer du Nord suscite, du moins, l'excitation de Marc Madiot. Vainqueur à deux reprises de la classique (1985 et 1991), l'homme de 62 ans a une affection toute particulière pour cette course qui fait partie des incontournables d'une saison. Et les conditions climatiques peu enviables y contribuent. « Les conditions climatiques, ce n'est pas nous qui en décidons. C'est le glorieux hasard de la météo. Personnellement, j'ai aimé la pluie et la boue tant que ça me rendait service à titre personnel », narre-t-il pour Cyclism'Actu.

Pas une question de chance

Le patron de l'écurie Groupama-FDJ ne voit qu'un facteur pour espérer remporter la reine des classiques. Ne pas redouter de rouler sur les pavés craints par tous, être tout bonnement acteur de la course. « La seule recette, c'est d'avoir envie. Avoir l'envie d'être là et de se mentaliser par rapport à la course. Si on n'en a pas envie, on a peu de chances de réussir. La chance ? Je n'y crois pas trop. Il y a différents facteurs qu'il faut appréhender et mettre de son côté. Lorsque quelqu'un crève cinq ou dix fois, ce n'est pas une question de chance », suit-il. Ses sept coureurs qui représenteront l'écurie tricolore pour l'épreuve sont prévenus. Marc Madiot croit en ses hommes et met une petite pièce sur Stefan Küng, qu'il met au niveau des autres favoris comme Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), Wout Van Aert (Jumbo-Visma) ou encore Florian Sénéchal (Deceuninck-Quick Step). Les coureurs savent ce qu'il leur reste à faire pour succéder au palmarès à Philippe Gilbert, vainqueur il y a deux ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.