Mondiaux 2021 : Démare, le sprinteur va laisser sa place au coéquipier

Mondiaux 2021 : Démare, le sprinteur va laisser sa place au coéquipier©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, Media365 : publié le jeudi 23 septembre 2021 à 18h10

Présent avec l'équipe de France lors des Mondiaux 2021, Arnaud Démare, le sprinteur de la Groupama-FDJ, a évoqué son changement de rôle pour la course tant attendue de ce dimanche 26 septembre.



Changement de rôle pour Arnaud Démare. D'ordinaire connu comme un redoutable sprinteur, le coureur de la Groupama-FDJ s'apprête ce dimanche lors des Mondiaux 2021 à se muer en coéquipier au sein de la formation sélectionnée par Thomas Voeckler. « J'ai envie d'apporter mon soutien à l'équipe de France. Lorsque je suis au départ d'une course, comme sprinteur, c'est pour gagner. Mais là, il est clair que je ne fais pas partie des favoris. Je suis au service du collectif. Sur ce parcours qui colle à mes caractéristiques, dur par sa technicité, pas aussi dur qu'un Tour des Flandres, je peux être utile à l'équipe, je sais que j'en suis capable. Je n'ai pas de résultats, mais je me sens bien, assure le coureur de Groupama-FDJ. À la Vuelta, j'ai battu des records (de puissance) sur une heure, une heure et demie. Mais au sprint, ça ne veut pas me sourire, il m'arrive toujours quelque chose. L'an dernier, dans la même situation, ça s'ouvrait devant moi et je gagnais », a notamment expliqué celui qui a brillé en 2020, avec 14 succès, dont un quadruplé sur le Tour d'Italie.

« Une fierté, un championnat particulier pour moi »

« Je n'avais pas l'impression de forcer le destin pour lever les bras. Mais cette année, il faut que tout soit parfaitement aligné pour y parvenir. (...) J'ai protégé David (Gaudu) à deux, trois occasions cette année, et je l'avais déjà fait la saison dernière à Burgos. J'aime bien ce rôle. Dans la situation qui est la mienne aujourd'hui, c'est bien de pouvoir courir sans penser à un résultat personnel. Et puis, je suis souvent sur la réserve, je retiens les chevaux (en attendant le sprint), parfois j'aurais envie de partir à la bagarre (comme lors du Grand Prix de Denain), a par la suite déclaré Démare, qui tentera notamment d'aider Julian Alaphilippe à conserver son titre, dans des propos recueillis par L'Equipe. (...) Mais je crève au moment où part l'échappée des 12. Qu'est-ce que je peux faire ? L'effort que j'ai fait pour rentrer dans le peloton, j'aurais pu le faire dans l'échappée. (...) Alors porter le maillot de l'équipe de France en Belgique, le pays du vélo, à seulement trois heures de la maison, c'est une fierté. Ce sera un Championnat particulier pour moi. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.