Classiques flandriennes : Pas de public au bord des routes en Belgique au printemps

Classiques flandriennes : Pas de public au bord des routes en Belgique au printemps©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mercredi 02 décembre 2020 à 13h16

Principal organisateurs des classiques flandriennes, le patron de Flanders Classics Thomas Van Der Spiegel a annoncé son intention de maintenir le huis clos autour de ses épreuves en 2021.

Malgré des vaccins prometteurs, la saison cycliste 2021 risque d'être encore perturbée par le coronavirus. Toutefois, les aménagements du calendrier effectués par l'UCI et les organisateurs pour permettre la tenue d'un maximum d'épreuves seront difficiles à rééditer le cas échéant, notamment pour des raisons économiques. Président de Flanders Classics, société organisatrice des principales classiques flandriennes, Thomas Van Der Spiegel s'est récemment prononcé sur le sujet dans un entretien accordé au quotidien belge néerlandophone Het Laatste Nieuws. « Il n'y a qu'un seul scenario, ne pas avoir de public, a déclaré ce dernier. C'est ainsi que nous allons fonctionner tout au long des classiques de printemps. » Une décision lourde de sens mais qui devrait permettre la tenue des épreuves aux dates prévues. « Ce n'est pas possible autrement. Ce qui compte le plus est le fait de pouvoir courir à la fin du mois de février, en mars et en avril, ajoute le patron de Flanders Classics. Il est évident que je préférerais voir Wout Van Aert et Mathieu van der Poel monter côte à côte le Vieux Quaremont au milieu d'un public fourni. Malheureusement, ça ne sera pas le cas en 2021. »

Une annulation des épreuves en 2021 n'est pas envisageable

Tant que les épreuves ont lieu, Thomas Van Der Spiegel assure pouvoir tenir sans foule au bord de la route et certains revenus liés aux partenaires et aux invités. Toutefois, une annulation pure et simple, qui signifierait la perte des revenus issus des droits de retransmission n'est pas une option envisageable à ses yeux. « Ne pas organiser l'Omloop Het Nieuwsblad, Gand-Wevelgem ou le Tour des Flandres ne nous est jamais arrivé. Nous pourrions le faire sans public et sans une partie des recettes une fois de plus, ajoute l'organisateur des principales courses flandriennes. Toutefois, après ça, ça ne sera vraiment plus possible. » Une absence du public qui va nécessiter, comme à l'automne dernier, une campagne pour inciter les passionnés de cyclisme à rester devant leur télévision au lieu de se masser au bord de la route. « Une fois de plus, nous allons sensibiliser le public à l'idée de regarder la course en toute sécurité depuis chez eux. Nous recommencerons au printemps ce que nous avons fait cet automne, ajoute Thomas Van Der Spiegel. Ce n'est pas agréable mais nous l'avons bien fait. Nous avons réalisé que les courses cyclistes peuvent avoir lieu sans public. Ce qui est le plus important, c'est que la course puisse avoir lieu. » Une organisation qui ne devrait pas pouvoir faire l'impasse sur des critères sanitaires strictes, similaires à ceux mis en place en 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.