Bleus : Poirier envoie un message fort avant les JO

Bleus : Poirier envoie un message fort avant les JO©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le mardi 18 mai 2021 à 17h54

De retour en Europe après une expérience mitigée en NBA, Vincent Poirier veut montrer qu'il est « toujours là ». Avec dans le viseur, une médaille aux JO avec les Bleus.



Vincent Poirier est de retour en Europe. Revenu au Real Madrid après deux années mi-figue mi-raisin en NBA, le pivot français veut se signaler alors que les Jeux Olympiques se disputeront dans quelques semaines à Tokyo. « J'ai envie de montrer aux gens que si je n'ai pas joué en NBA, ce n'est pas parce que j'étais mauvais. Ce n'est pas parce que je n'ai pas travaillé et que j'ai perdu mon niveau. Donc oui, je reviens pour tout gagner. Pour être le meilleur. J'ai envie de montrer que je suis toujours là », envoie sous forme de message très fort le Français dans un entretien accordé à l'AFP.

Poirier : « Je suis heureux là où je suis, je n'ai pas de remords »

En deux ans aux Etats-Unis, il a navigué entre trois franchises (Boston, Oklahoma City et Philadelphie) avec un temps de jeu assez faible. Pour lui, il s'agit d'un échec mais aussi d'une bonne expérience. « D'un côté, il y a l'échec de se dire que je n'ai pas pu montrer ce que je valais. Mais je ne vois pas cela d'une façon négative, à me dire "Les gens ne m'ont pas fait jouer, je vais me plaindre". Non. Je voulais voir ce que c'était, je l'ai fait, je ne regrette pas. Aujourd'hui, j'avance, je passe à autre chose. J'ai une famille. J'aime aussi la stabilité. Ce qui n'est pas forcément gagné en NBA. Je ne suis absolument pas focus sur la NBA, je ne l'ai jamais vraiment été. Je suis heureux là où je suis, je n'ai pas de remords », confesse le joueur de 27 ans.

L'ancien de Paris-Levallois a donc choisi le Real Madrid pour son retour en Europe. « Ça s'est fait rapidement, raconte-t-il à l'AFP. Je me suis fait couper (remercier) par les New York Knicks, j'ai évoqué à mon agent l'idée de revenir en Europe. Les offres les plus claires étaient européennes. Madrid nous a contactés rapidement. Au début, ce n'était pas pour tout de suite, mais avec le départ de Gabriel Deck (pour Oklahoma City), ça s'est fait. Je suis rentré en France, et quatre jours après j'étais à Madrid. Je connaissais déjà Madrid. Le Real a de meilleures installations que certaines équipes NBA. Donc la décision n'était pas dure à prendre. Aujourd'hui, avec le Covid-19, tous les clubs ne sont pas prêts à prendre une décision rapidement, et Madrid l'a fait. C'est ce que je voulais, réintégrer une équipe et rejouer rapidement. Maintenant, on attend juste nos affaires de Philadelphie, qui arrivent bientôt, et après, ce sera bouclé. Notre vie là-bas sera finie ».

« L'objectif, c'est clairement la médaille »

Poirier sera ensuite focalisé sur les JO où il compte bien rafler une médaille avec les Bleus s'il en est. « De toute façon, dès qu'on va en équipe de France, ce n'est pas pour finir 16emes. Je n'en connais pas un dans l'équipe qui aime perdre ou qui se satisfait de finir 4eme ou 5eme. L'objectif, c'est clairement la médaille. Je pense qu'on a les qualités et les joueurs pour le faire. Maintenant, si j'y suis (il croise les doigts), c'est à nous de faire une bonne préparation et de revenir avec ce qu'on est parti chercher », indique le Français qui a « pris plein d'informations » en NBA où il a « côtoyé des gars qui travaillaient plus que n'importe qui ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.