Monaco : Une " soirée extraordinaire " et un pacte pour les vainqueurs de l'Eurocoupe

Monaco : Une " soirée extraordinaire " et un pacte pour les vainqueurs de l'Eurocoupe©Media365

Emmanuel LANGELLIER, Media365 : publié le dimanche 02 mai 2021 à 13h16

Vainqueurs de l'Eurocoupe, les joueurs de Monaco ont savouré leur triomphe. Le capitaine Dee Bost a révélé qu'ils avaient fait un pacte après la défaite contre Podgorica.



Vendredi soir, les supporters de Monaco étaient en liesse. Non, le club de la Principauté n'avait pas encore brillé en Ligue 1 mais il s'était illustré en basket en décrochant l'Eurocoupe, son premier titre européen, en allant battre Kazan (86-83). Un second succès après celui de l'aller (89-87) pour les Monégasques qui ont succédé au palmarès à Limoges, dernier lauréat de la compétition en 1988.

Bost : « J'ai l'impression d'avoir enfin accompli quelque chose »


La « Roca Team » a réalisé un exploit qui n'a évidemment pas laissé de marbre les joueurs de la Principauté. « On sort du restaurant Bella Vita, où on a passé une soirée extraordinaire. Les fans sont venus nous accueillir sous la pluie... Je suis un champion, se félicite Dee Bost, le capitaine dans L'Equipe, dimanche. C'est dur à expliquer, dur de mettre des mots. J'ai l'impression d'avoir enfin accompli quelque chose. J'avais gagné la Leaders Cup (en 2017), le Championnat de Pologne (en 2016), aidé la Bulgarie à se qualifier pour l'Euro... Mais là, c'est l'un des trophées les plus prestigieux en Europe. Au-dessus, il n'y a que l'Euroligue. Pour laquelle on s'est qualifiés. Monaco s'en souviendra pour toujours. Et moi, ça me marquera à jamais. »

« On s'est dit qu'il fallait être des chiens sur le parquet, creuser notre sillon et forcer le passage en intimidant nos adversaires, en les bousculant physiquement »


La bataille a été rude pour arriver à ce sacre continental. « Je n'ai jamais connu un tel combat. Nous avions moins de talent que l'an passé, mais une vraie alchimie. On jouait à neuf et on devait donner deux fois plus que les autres ; cela a créé un état d'esprit qui nous a rendus difficiles à jouer. On sentait que rien ne pouvait nous arrêter. Après notre défaite initiale contre Podgorica (76-77), on a fait un pacte. On s'est dit qu'il fallait être des chiens sur le parquet, creuser notre sillon et forcer le passage en intimidant nos adversaires, en les bousculant physiquement. En étant nous-mêmes quoi », s'amuse Bost. « Je vais profiter deux jours, puis nous reprendrons notre route en Championnat. Nous ne voulons rien de moins qu'un nouveau titre », confie le capitaine qui savoure ce triomphe après être parti en 2017, une période où « les gens disaient que je craquais sous la pression ».

Vos réactions doivent respecter nos CGU.