IndyCar : Des premiers essais prometteurs pour Romain Grosjean

IndyCar : Des premiers essais prometteurs pour Romain Grosjean©Panoramic, Media365

Mathieu WARNIER, publié le mardi 23 février 2021 à 23h45

Après avoir pu découvrir les sensations que procure le pilotage d'une monoplace d'IndyCar, Romain Grosjean a tiré un bilan très positif de ses premiers tours de roue aux Etats-Unis.



L'expérience IndyCar a débuté pour Romain Grosjean. Quelques semaines après la confirmation de son arrivée au sein de l'écurie Dale Coyne Racing, l'ancien pilote de l'écurie Haas en Formule 1 a pu faire ses débuts au volant d'une monoplace américaine ce mardi lors d'une séance d'essais privés organisés sur le circuit de Barber, qui accueillera la première manche de la saison 2021 le 18 avril prochain. Alors qu'il a pu échanger avec des pilotes comme Sébastien Bourdais ou Takuma Sato, qu'il a pu croiser dans le paddock F1 par le passé, le Genevois a pu apprécier les différences entre les monoplaces qu'il a pu piloter ces neuf dernières saisons et ce qu'est l'IndyCar. « C'est une voiture et une position de conduite différentes mais, mis à part cela, tout était bien et normal. J'ai juste besoin de m'habituer à une nouvelle voiture, a déclaré Romain Grosjean dans des propos recueillis par le site officiel de l'IndyCar. Ça me rappelle quand je suis passé d'une Formule Renault à une Formule 3 puis une GP2. Jusqu'à présent, je suis très heureux de ce qui se passe. »

Grosjean : « J'ai commencé à avoir des douleurs dans mes biceps »

Mais la principale différence entre la F1 et l'IndyCar, c'est peut-être l'absence de direction assistée sur les monoplaces américaine, ce qui a provoqué quelques désagréments au Français. « Après mon premier relais, j'ai commencé à avoir des douleurs dans mes biceps et je me suis dit : 'D'accord, on commence à parler'. Vous pouvez vraiment ressentir la voiture, a analysé le Tricolore. J'imagine qu'on peut la conduire un peu plus en accord avec son style de pilotage en fonction de l'utilisation de la pédale de freins, de la prise de virages, etc. Il est possible d'utiliser plusieurs lignes alors qu'en Formule 1, il vous faut rester sur la ligne idéale en raison du fonctionnement de l'aérodynamique. » Avec une monoplace moins sophistiquée que la F1, Romain Grosjean a également pu comprendre que les limites ne peuvent pas être franchies sans conséquence, avec une belle sortie de piste à la clé. « J'ai fait une erreur ce (mardi) matin et je suis parti en tête-à-queue au virage 1, a ajouté le Français. Je suis resté bloqué dans le gravier. Le circuit est sans pitié et vous devez rester dans les limites, ce que j'ai toujours apprécié. »


Grosjean : « Ma main n'a pas totalement récupéré »

Mais cette première séance d'essais avec Dale Coyne Racing a surtout été l'occasion de tester sa main gauche, la plus touchée lors de l'accident dont il a été victime lors du Grand Prix de Bahreïn, en novembre dernier. S'il y a des douleurs, Romain Grosjean assure qu'il s'y attendait. « Ça s'est très bien passé. J'ai eu un gros coup de volant durant mon dernier relais de la matinée et ça a été un peu douloureux. C'est quelque chose auquel je m'attends, assure le Français. Je suis conscient que ma main n'a pas totalement récupéré et qu'elle reste sensible. » Après une première matinée de roulage sur le tracé de Barber, dans l'Alabama, le pilote français a pu affiner sa compréhension des spécificités de l'IndyCar... et apprécier véritablement cette expérience au point d'être impatient d'en découdre en piste. « L'adhérence mécanique de la voiture a été vraiment très bonne. J'ai vraiment pris conscience de la raison pour laquelle vous pouvez avoir de bonnes courses, a confié Romain Grosjean, qui a connu bien des courses sans relief en F1 ces dernières années. La manière dont l'équipe travaille est vraiment intéressante. C'est différent de ce que j'ai connu mais j'en suis heureux. Le processus d'adaptation se passe plutôt bien. J'ai l'impression que ça ira de mieux en mieux au fil des séances d'essais et je suis très impatient à l'idée de reprendre le volant et de courir les 17 et 18 avril prochains. » Un enthousiasme qui promet pour sa première course en Amérique du Nord.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.