Athlétisme : La Fédération Russe reste suspendue par World Athletics

Athlétisme : La Fédération Russe reste suspendue par World Athletics©Media365

Mathieu WARNIER, Media365 : publié le mercredi 17 novembre 2021 à 16h35

Suspendue par World Athletics depuis novembre 2015, la Fédération Russe d’athlétisme a vu cette sanction être prolongée malgré des signes encourageants concernant un changement de mentalité vis-à-vis de la lutte contre le dopage.



Les athlètes russes devront encore attendre pour porter leurs couleurs en athlétisme. Face à un rapport très dur de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA), la Fédération Russe d’athlétisme (RusAF) a été suspendue par World Athletics en novembre 2015. Depuis, lors des compétitions internationales telles les championnats du monde, les rares athlètes autorisés à participer doivent le faire sous bannière neutre. Afin d’obtenir sa réintégration, la RusAF doit se plier à certaines exigences dont un engagement à une culture de tolérance zéro contre le dopage, la mise en place d’infrastructures de lutte contre le dopage en Russie avec le soutien des autorités mais surtout convaincre qu’une telle réintégration ne remettrait pas en doute l’intégrité des compétitions auxquelles les athlètes russes participeraient. Or, à l’occasion de son Congrès et après avoir entendu la présidente de la RusAF Irina Privalova, World Athletics a décidé de prolonger la suspension de la fédération russe jusqu’à la conclusion du processus de réintégration.

La mentalité de l’athlétisme russe change

Un processus qui, selon le président de la « taskforce » mise en place à ce sujet Rune Andersen, suit son cours. Dans son rapport remis au Congrès de World Athletics, ce dernier assure que « la RusAF a fait des progrès réguliers pour se rapprocher des conditions permettant sa réintégration ». Cela passe par la mise en place d’une nouvelle culture rejetant le recours au dopage et favorable à un sport propre mais il reste au sein de l’athlétisme russe des éléments réfractaires et la RusAF a encore du travail à faire pour en limiter l’influence. Toutefois, Rune Andersen note que les nouveaux dirigeants de la fédération russe sont clairement engagés sur cette voie, même s’ils admettent que cela pourrait prendre des années pour que la mentalité soit définitivement changée sans risque de retour en arrière. Le principal souci réside dans le statut de l’Agence Russe de Lutte contre le Dopage (RUSADA), qui n’a pas encore été absoute par l’AMA et ne peut tenir pleinement son rôle d’instance luttant contre le dopage. Un vide qui, pour le moment, est comblé par un investissement supplémentaire de la RusAF aux côtés de l’Unité d’Intégrité de l’athlétisme (AIU) pour multiplier les contrôles sur les athlètes russes. Si l’athlétisme russe semble sur la bonne voie, les efforts ne sont pas encore suffisant pour permettre une réintégration.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.